Marine Le Pen demande la levée des mesures “insensées”


N.-É.Selon Marine Le Pen, qui s’est entretenue à l’Inter français ce mardi 23 novembre, il était temps d’annoncer la « levée » des « restrictions » de santé « dénuées de sens ». Témoin des violentes émeutes qui ont éclaté autour de la question de la vaccination en Guadeloupe, les candidats au rassemblement national ont notamment évoqué les obligations de vaccination des soignants. Selon elle, le vaccin “aide à prévenir la forme sévère” mais ne peut “empêcher la circulation du virus”. Du coup, elle souligne que les laissez-passer sanitaires ne servent à rien, à moins qu’ils “laissent la population sous la forme de contraintes inutiles et disproportionnées”.

Concernant la troisième vaccination, Marine Le Pen estime que “chacun est libre de vacciner” et “il vous appartient de déterminer le risque de prestations vaccinales”.

“On apprend à vivre avec ce virus”, croit-elle encore, mais 5e La vague de pollution qui touche la France ne s’est pas encore accompagnée d’un afflux important de patients à l’hôpital. “Mais débarrassons-nous de toutes ces contraintes qui commencent à devenir terriblement lourdes”, exhorte-t-elle. “Évidemment, rien n’entrave la circulation du virus, donc toutes ces obligations n’ont aucun sens.”

Lire à nouveauCoignard-Covid : La cinquième vague « fulgurante », est-ce vraiment le mot juste ?

Si elle est élue, Marine Le Pen fera une “pause”[rait] La suspension de toute personne qui travaille avec un aidant est absolument inutile et nécessite un aidant. « Pour le reste, lavez-vous les mains. Très bien, parfait, pas de problème. Mettez le masque là où les gens sont, pas dehors. Pour le reste, enlevez toutes ces restrictions. La réalité est évidemment inutile.

Elle a également attaqué le Premier ministre Jean Castex, qui a été testé positif au Covid-19 lundi. “C’est beaucoup plus dangereux qu’une personne non vaccinée qui serre la main, va au restaurant et n’a pas Covid”, a-t-il déclaré.

Enfin, interrogé sur l’enquête de Mediapart sur le professeur Didier Raoult, qui aurait falsifié des résultats pour promouvoir l’efficacité de l’hydroxychloroquine, Le Pen a déclaré : “Il a dit. [M. Raoult] Je viens de demander au médecin la liberté de prescription.”