Mark Bonnant : “Je pense qu’Eric Zemmour passera au second tour.”

“Genève sous la neige, c’est comme si Genève dormait, ça ne fait pas de bruit”, chantait Marie Laforet de la Suisse. Mais autrefois non conventionnelle, la ville du lac Léman peut sembler aussi bruyante que la bruyante ville de Londres. La semaine dernière, le déplacement d’Eric Zemmour dans la capitale britannique a été marqué par des rebondissements : l’annulation des discussions lors de sa conférence par l’Agence royale, le retrait du dernier moment à l’hôtel Ibis, le maire de Londres, Sadiq Khan. inciter à la haine ne sont pas les bienvenus », selon un communiqué du maire de Londres, avec presque le même parrainage de la visite du candidat présidentiel à Londres les 24 et 25 novembre.

Des tags hostiles sont apparus sur les murs de Genève, intitulés « Zemour mange tes morts », « Clave Zemmour Demelde », et une pétition contre son arrivée a été lancée. Le maire de l’écologie, Frederick Parlour, lui a fait savoir qu’il ne voulait pas louer de chambre en colocation et a contraint les organisateurs à trouver une autre solution. “Cette commune est un repaire de gauche, pas un intellectuel de gauche. Elle a tendance à être fortement censurée”, a déclaré le député français du Suisse Joachim Son Forget. L’ancien LREM soutient désormais les polémiques. Il n’y a donc pas de conférence publique sur ce programme, mais une conférence privée de 300 participants, animée par l’Association Convergence, fondée par Colette Serelin, une Française genevoise. Le nouvel emplacement ne doit être exposé qu’au dernier moment pour éviter les pressions et les menaces pour la sécurité. Eric Zemmour y est régulièrement car c’est sa quatrième visite en 10 ans (2014, 2016, 2018) dans ce cercle qui invite régulièrement des hommes politiques d’extrême droite et d’extrême droite.

Avocat mauricien de Mush Royal

La rencontre devrait être encore meilleure pour lui, puisque la discussion est assurée par le ténor du barreau suisse de 77 ans Mark Bonnant. Selon sa propre définition, “réactionnaire, nostalgique, non-moderne, anti-moderne” des droits de Maurasia sans antisémitisme, à la “tentation” que lui a donnée L’Express par un ancien journaliste. Ne révélez pas le secret.de Figaro.. « Il est très intelligent et a une culture délicieuse. A Genève, beaucoup de Français pensent comme lui. Les grands décalages théorisés par Renault Camu, et même les petits décalages. et occidental mourant, ou le choc des civilisations décrit par Samuel Huntington, qu’on a déjà perdu…”, soupire Mark Bonnant. Des avocats réputés pour leur défense particulière de la veuve de Yasser Arafat, de Licio Gelli, ou encore de Tariq Ramanan, anciens patrons de la loge sulfureuse italienne P2, n’hésitent pas à servir la logorrhée radicale.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Avant Zemmour, Bonnant avait déjà fait l’éloge de Jean-Marie Le Pen, ce « grand orateur » et « clairvoyant en matière d’immigration ». S’il déclare toujours que le fondateur de FN n’est pas compté comme client, l’avocat a vu son nom impliqué dans l’enquête “blanchiment d’évasion fiscale” en 2015. Il était le représentant légal de la structure. Offshore Gerald Gerin, une ancienne société basée aux îles Vierges britanniques (ancien majordome et adjoint parlementaire de Jean-Marie Le Pen), est soupçonné d’avoir temporairement dissimulé les biens du père de Marine Le Pen.

Mécène généreux

Cependant, les louanges de Mark Bonnant à Eric Zemmour entraînent des réserves sur la capacité des anciennes stars de Knews à habiller les candidats aux plus hautes fonctions. « Il avoue qu’il est certes difficile de convaincre les polémiques, doux, et de parvenir à un accord. Eric Zemmour a-t-il le sort du président ? Je pense qu’il atteindra le second tour, Emmanuel Macron reste inamovible.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Les avocats suisses donneront jusqu’à 7.500 € (le montant maximum autorisé par la loi française) aux futures campagnes de candidats. La Suisse est l’une des étapes incontournables pour les candidats à la recherche de dons. Lors de la dernière élection présidentielle, Emmanuel Macron a récolté plus de 156 000 € (à l’époque, seuls les donateurs vivant au Royaume-Uni et aux États-Unis étaient plus généreux). Genève est souvent silencieuse, mais elle est riche… Eric Zemmour ne l’a pas oublié.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Rama Yade, vice-président du Parti radical (PR), 10 mars 2012.Sylvain Fall

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner