Mémorial, pilier des droits humains en Russie au bord de la dissolution

Cette décision entraînera des mois de pression sur la voix critique du pouvoir russe, notamment la fermeture des médias indépendants et des ONG classifiées. »Agent étranger“Par la justice. L’opposant Alexeï Navalny a été emprisonné et son mouvement a été démantelé.”Radicalisme“.

Fondé en 1989 par des dissidents soviétiques, dont le lauréat du prix Nobel de la paix Andrei Sakharov, le Mémorial a été chargé d’enregistrer les crimes et les glag staliniens avant de se lancer dans la défense des droits humains et des prisonniers politiques.

L’ONG s’est démarquée dans une enquête sur des abus russes en Tchétchénie au détriment de la vie de sa collaboratrice Natalya Estemirova, assassinée en 2009. Récemment, elle a impliqué un groupe opaque de milices.Wagner« Crimes de guerre présumés en Syrie.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

L’organisation, qui est devenue pendant de nombreuses années un important groupe de défense des droits de la Russie, a rapidement été crucifiée par les autorités.

Mais maintenant, nous sommes confrontés à la plus grande menace de son existence. Le 8 novembre, le parquet russe a demandé la liquidation de Memorial International, l’organisation centrale qui coordonne les activités du réseau d’ONG.

Ce dernier a une structure décentralisée et est composé de dizaines d’organisations indépendantes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Russie.

Selon la loi russe, Memorial International est enregistré en tant qu’organisation internationale et la Cour suprême examine une demande de dissolution.

En plus des inquiétudes, les avocats des ONG ne peuvent pas faire appel de la décision du tribunal devant d’autres tribunaux en Russie.

-Attaque judiciaire-

Alors que les Européens et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ont demandé la fin de l’acte d’accusation, le Kremlin a déclaré que le mémorialun long moment« Problèmes juridiques russes.

L’un des responsables, Oleg Orlov, a déclaré mardi à l’AFP que la dissolution de Memorial International serait compliquée.fortement“Le travail d’une ONG en se privant de la base légale pour embaucher des employés, recevoir des fonds et conserver des archives.

Selon lui,”De nombreuses questions juridiques“Mais il reste suspendu et dépend de la modalité déterminée par la Cour suprême.

Les poursuites ont été annoncées par Memorial International.Agent étranger“, Reçu à partir de 2016

Selon la loi, “Agent étranger“Toutes les publications doivent afficher ce qualificatif et effectuer des démarches administratives lourdes.

En principe, la Cour suprême ne peut pas interdire tous les monuments russes en une seule décision. Ils ont leur propre entité juridique et doivent donc être fermés un par un.

Néanmoins, les membres des ONG craignent que la justice ne trouve une astuce pour liquider arbitrairement l’ensemble du réseau.

Dans le même temps, le parquet de Moscou a appelé à la liquidation du Memorial Human Rights Center, une organisation qui apporte un soutien aux prisonniers politiques, aux immigrés et aux minorités sexuelles en particulier.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

En raison de la violation de la loi concernant “”Agent étranger“Le centre fait également face à des accusations plus graves. Il a été accusé de s’être excusé.”Radicalisme et terrorisme“Pour avoir publié une liste de prisonniers membres d’un mouvement religieux interdit en Russie.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski