Meurtre de Mireille Knoll : Alex Carrimbacus poursuit Yacine Mihoub


MoiIl y a un deuxième procès dans l’affaire du meurtre de Mireille Knoll. Les deux prévenus ont fait appel. Le 23 mars 2018, le corps de Mireille Knoll a été retrouvé dans son modeste appartement HLM du district 11. Le corps était couvert de 11 blessures par perforation et a été partiellement brûlé. Le 10 novembre, la cour d’assises de Paris a reconnu Yacine Mihoub (32 ans) coupable de meurtre, constaté de l’antisémitisme et des vulnérabilités exacerbées, et l’a condamné à la réclusion à perpétuité et à 22 ans de prison.

Son complice, Alex Karinbakas, 25 ans, a été exempté de meurtre mais a été condamné aux deux tiers de prison pendant 15 ans pour “pire vol” sur les victimes. Le caractère antisémite a été préservé, tout comme les vulnérabilités exacerbées de Mireille Knoll, atteinte de la maladie de Parkinson à l’âge de 85 ans. Lundi 15 novembre, Yacine Mihoub a annoncé qu’il ferait appel. Comme nous l’a confirmé son avocat Karim Laouafi ce mardi, c’est au tour de son compagnon d’annoncer qu’il a déposé un recours.

Lire à nouveauMeurtre de Mireille Knoll : Emprisonnement à vie Yacine Mihoub

Tout au long de la phase d’enquête et au cours d’un procès de 11 jours, Yacine Mihoub et Alex Carrimbacus ont continué à se reprocher le crime. Deux versions non réglables réalisées avec de nombreuses variations et incohérences.

Les deux se sont rencontrés en 2017 à la prison de Fleury Melodi. Alex Karin Bakas, un exilé aux antécédents médicaux psychiatriques, y a été condamné pour vol. Yacine Mihoub a affirmé qu’elle avait en réalité été condamnée pour “agression sexuelle” contre la fille d’une femme de ménage à Mirei Yunor, mais qu’elle avait été détenue pour “trafic d’armes”, et il l’a qualifiée de “grand-mère de substitution”. La mère de Yacine Mihoub habite dans le même immeuble que la vieille dame, et son fils lui rendait parfois une petite prestation pour une petite facture. La mère de Yacine Mihoub, Zoulikha Khellaf, a également comparu dans un procès pour “destruction de preuves”. Elle a été condamnée à trois ans de prison, dont un an à domicile sous surveillance électronique. Elle a été reconnue coupable d’avoir détruit des choses et nettoyé des armes du crime.

Lire à nouveauL’impossible vérité dans le procès de Mireille Noor

Deux histoires qui s’affrontent

Interrogé sur les faits le 5 novembre, Alex Karinbakas a déclaré s’être rendu à Mireille Knoll le 23 mars 2018 à la demande de Yashin Mihob. Il aurait alors compris qu’il s’agissait d’un vol. Dans la boîte, il a dit que lorsque la vieille dame et Yacine Mihoub ont commencé à parler de “Juifs et d’argent”, la discussion s’est envenimée et tout est allé “très vite”. Plus tard, Yacine Mihoub a “porté” Mireille Knoll dans la chambre, la laissant seule dans le salon. Il entendrait le cri de Mireille Noor et se rendrait dans la pièce, où il verrait Yasin Mihob poignarder un octogénaire qui ne pouvait pas bouger seul. “Je le vois frapper Mireille Noor à la gorge en criant ‘Allah Akbar’, puis il lui a pris le cou et m’a montré qu’elle était morte”, a-t-elle dit. J’ai payé pour ce que j’ai fait”, a déclaré l’accusé. Il aurait ensuite remis le briquet à Yacine Mihoub, qui aurait mis le feu à l’appartement et ne lui aurait pas reproché d’être “paralysé”.

Yacine Mihoub a dit exactement le contraire de son côté. Si le parquet était responsable du fait que Yasin Mihob ait été condamné à la prison pour agression sexuelle à cause de Mireille Noor, il s’est défendu comme étant dynamisé par tous les sentiments de vengeance. “Ce jour-là, j’ai commencé à le saluer et à lui demander des nouvelles. […].. Je viens d’inviter la mauvaise personne », a déclaré lundi Yacine Mihoub. Vendredi 23 mars, il a « invité » Alex Karinbacas chez Mireille Noor et lui a expliqué qu’il l’aurait perdu de vue quelques minutes en fumant sur le balcon. “Ces cinq minutes ont suffi pour que Mireille Noor soit poignardée 11 fois”, a déclaré Yacine Mihoub à propos du “mauvais” vol.

Lire à nouveauMireille Knoll : “Je suis consciente de l’incendie, mais pas de l’aggravation du meurtre.”

A l’issue des délibérations, le président a ainsi résumé Yacine Mihoub : “Le tribunal et le jury n’étaient pas convaincus de sa protestation innocente” et n’a pas tenu “Un papier de folie soudaine d’Alex Carrimbacus”. Le jury a plutôt attribué le mobile criminel à la « haine de la perte auditive » et à la « haine potentielle » de Mihub envers Mireille Noor. Il appartient à la Cour d’appel de reprendre l’affaire depuis le début.