Nicolas Hulot accusé de viol et d’agression sexuelle accuse “de fausses déclarations”

Nicolas Hulot a une nouvelle fois été la cible d’accusations de violences sexuelles. L’ancien ministre de la Transition écologique a pris les devants ce mercredi, interpellant plusieurs femmes l’accusant de violences sexuelles et de harcèlement à la veille de l’épisode de l’émission “Envoyé spécial” sur France 2. A défendu sa position. Ensemble BFMTV.

Selon nos informations, de nombreux “envoyés spéciaux” diffusés ce jeudi donnent la parole à cinq femmes accusant l’ancienne animatrice phare de TF1 d’agressions sexuelles et de harcèlement. Quels sont exactement ces nouveaux témoignages inclus? “C’est le secret le mieux protégé de la télévision française”, confie-t-il aux Parisiens qu’il contrôle le groupe. L’enquête a nécessité plus de quatre ans de travail.

“J’ai commis ces actes, à la fois de près et de loin.”

« Je sais que Lynch commencera demain. Je veux le dire sans formule, sans élément linguistique : de près ou de loin, j’ai commis ces actes. Ces affirmations ne sont pas purement vraies », nous assure-t-il sur le plateau de la chaîne. .

“Depuis quatre ans, je souffre du poison des rumeurs, les allusions ouvrent parfois le blâme”, a-t-il déclaré. « Ce prétendu poison fonctionne, mais avec une certaine naïveté, je pensais qu’il ne m’arriverait rien de grave. Mais aujourd’hui, l’innocence ne dort plus paisiblement. Ne permet pas », a-t-il poursuivi auprès de la chaîne.

Première révélation de 2018

Ce n’est pas la première fois qu’un ancien animateur de TF1 est visé pour des accusations de violences sexuelles. En février 2018, la première enquête de “L’Ebdo” a désormais disparu, ternissant l’image de son homme politique français préféré de l’époque. Un magazine éphémère révélait l’existence de plaintes pour “viol” déposées en 2018. Les plaintes ont été classées comme « pas de suivi » et les faits ont été « prescrits ».

Les faits remontent à l’été 1997. A cette époque, un jeune apprenti photographe de 20 ans aurait été abusé par Nicolas Hulot. Le journal a livré son témoignage sous couvert d’anonymat. Il s’agissait en fait de Pascal Mitterrand, la petite-fille de l’ancien président de la République, et la fille de son fils Gilbert.Cette année-là, la jeune femme a passé une semaine Maison Corse A la demande de l’animateur vedette de TF1 et de son employeur, l’agence de photographie Sipa. Selon sa déclaration, c’est pendant ce séjour que les faits se sont produits.

A cette époque, Nicolas Hulot a démenti les rumeurs qui le visaient et les a qualifiés d'”ignorants”. Dans la foulée, avec le soutien de plusieurs membres du gouvernement, notamment le Premier ministre de l’époque Edouard Philippe, il a décidé qu'”il n’y a aucune raison de douter de ses propos”.