Nigeria : un microsatellite qui observe la terre


NS’L’Agence nationale de recherche et de développement spatial (NASRDA) du Nigeria et la société française Prométhée ont signé mardi 9 novembre à Abuja un accord posant les bases d’une coopération couvrant le domaine d’observation du système de constellation de nanosatellites de la Terre. Ces petits satellites, également appelés « cubesats », ont une structure modulaire constituée de 1 à 6 unités de 10 x 10 x 10 cm pouvant avoir une masse inférieure à 100 kg. Ces dimensions sont suffisantes pour transporter les fonctions de base du satellite (communication, électronique, navigation, etc.) et embarquer une « charge utile » qui permet au satellite de remplir sa mission scientifique. Plus de 100 ont déjà été publiés.

Lire à nouveauThomas Peske : “L’Afrique a l’air vraiment énorme vue d’en haut.”

Entre intelligence environnementale et intelligence stratégique

Avec les solutions satellites de Prométhée, le Nigeria protège sa population, son agriculture, lutte contre la désertification et la déforestation, la sécurité alimentaire, développe des « villes intelligentes », la gestion de l’eau, les catastrophes naturelles… D’autres sources, les agences spatiales fournissent déjà aux forces de sécurité des images satellites pour traquer les groupes djihadistes ou terroristes de Boko Haram qui sont déjà furieux dans la région productrice de pétrole du delta du sud du pays.

« Nous voulons diviser par 4 le coût des données spatiales d’observation de la Terre pour des applications à l’agriculture, à l’environnement, à la surveillance de l’eau, aux villes intelligentes, etc. », explique Olivier Piepsz, président de Prométhée. “Par conséquent, les marchés émergents y auront accès et leur donneront la souveraineté en vendant des satellites et des plateformes numériques.”

Le starter toulousain Prométhée a annoncé en janvier 2020 que deux spécialistes du spatial, Olivier Epiepus, ancien vice-président de Dassault Airlines de la division internationale Saffron Amérique latine et Europe, et Giao-Minh Nguyen, ancien chef de projet du groupe Ariane, ont fondé la maison. Pour les petits lanceurs. Ces entrepreneurs NewSpace offrent un accès à faible coût à l’exploration spatiale et fournissent aux pays d’Amérique latine et d’Afrique des données spatiales et des informations faciles à interpréter dans tous les domaines. Le satellite de 40 kg survolera la cible au moins une fois par jour et jusqu’à 17 à 18 fois. En collaborant avec d’autres sources, il peut être réduit à 20 minutes en temps quasi réel.

« Observation de la Terre, gestion des ressources, aménagement du territoire, lutte contre le changement climatique, réduction des inégalités entre les sexes, surveillance des maladies : le potentiel de l’espace africain est incommensurable », explique Jean-Yves Le. Gull. Space Studies (Cnes) travaille avec de nombreux gouvernements africains pour établir un programme spatial. Les données recueillies par les satellites permettent par exemple de prédire les épidémies de paludisme. “Il y a une corrélation entre les larves de moustiques infestant le paludisme et les taux d’humidité. Grâce aux satellites, si on constate que l’humidité est élevée quelque part, on sait que les moustiques y sont infestés. On peut prévoir les institutions publiques”, souligne Jean-Yves le Fille.

Lire à nouveauComment l’Afrique décolle de l’espace

Etat à la conquête de la souveraineté

Prométhée est une offre « clé en main » de bout en bout couvrant les segments spatiaux (constellations de 20 microsatellites), les centres de contrôle et centres de mission, les plateformes numériques, et la formation des opérateurs et les échanges technologiques qui assurent l’autonomie nationale. Le budget global de ces constellations et de leurs outils d’exploitation est d’environ 100 millions d’euros, soit un tiers de celui des seuls satellites conventionnels.

Pour concrétiser cet accord, le ministre d’État chargé des Sciences et de la Technologie Mohammed Hassan Abdullah fera venir à son bureau le directeur de l’Agence spatiale nigériane et ses dirigeants, ainsi que le représentant de Promethe et son partenaire Magerium (cartographie). son importance. Equiper le système complet de constellation de nanosatellites d’observation de la Terre par le pays favorisant l’émergence des savoir-faire locaux. Les institutions nigérianes, qui célèbrent leur 20e anniversaire en 2019, soutiendront diverses commissions étatiques indépendantes dans des missions de cartographie électorale, permettant aux populations isolées d’être associées aux processus démocratiques, et au gouvernement fédéral lors de diverses élections.

Le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Égypte font partie des magnats continentaux de l’espace. L’Egypte accueillera cette année le siège de l’Agence spatiale africaine. Prometheus enquête actuellement sur d’autres pays africains et est en pourparlers avec le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et les pays du Golfe.

Lire à nouveauMaroc : le satellite Mohamed VI-B en orbite