Nord-Isère et Ain : Des traces d’herbicides détectées dans l’eau potable


Cependant, des traces qui n’affectent pas la santé des consommateurs… Des résidus de l’herbicide ESA-Metrachlor ont été détectés dans les eaux de consommation de deux secteurs, Nord-Isère et Ain, et ARS Auvergne-Rhône-Alpes.

Nouvelle recherche imposée après 1 aneuh En janvier 2021, les deux zones de ce métabolite dans les eaux destinées à la consommation humaine ont révélé des pourcentages supérieurs à la limite de qualité règlementée fixée à 0,10 microgramme par litre.

“L’eau du robinet peut être consommée sans restrictions”

Dans le secteur de l’Ain, notamment celui de Bourg-en-Bresse, la valeur ESA-Metrachlor dans l’eau distribuée est de 0,11 à 0,55 microgrammes par litre. Vingt-cinq communes du nord de l’Isère ont également connu des dépassements inférieurs à 1,3 microgramme par litre. Cependant, l’ARS affirme que ces quantités restent bien en deçà de la valeur sanitaire maximale fixée à 510 microgrammes par litre et « ne représentent donc pas un risque sanitaire pour la population ». “L’eau du robinet peut (donc) être consommée sans limitation”, affirme l’ARS.

La détection du métabolite ESA-Metrachlor est due au S-Metrachlor, un herbicide utilisé dans les cultures de printemps (céréales, betteraves, etc.), et sa présence dans l’eau est “l’utilisation des terres (plaines avec cultures céréalières)”. zone destinée à la consommation humaine », explique l’ARS du Nord-Isère.

Lire à nouveauPesticides : faut-il vraiment avoir peur de l’eau du robinet ?

Interrogé par la sénatrice socialiste Florence Blatrix-Contat en octobre, le gouvernement a déclaré : « Les premières données collectées par les agences de santé locales montrent que l’eau distribuée dépasse les normes de potabilité dans de nombreuses unités de distribution. J’étais conscient du fait que cela montre que je le suis. Présence de métabolites. Il a également montré que les ministres de l’Écologie, de la Santé et de l’Agriculture avaient appelé l’Anses et l’Institut national de l’agriculture, de l’alimentation et de l’agriculture (INRAE) à « trouver des voies alternatives » au S-Métrachlor en avril.

Le gouvernement a également annoncé qu’il occuperait la province, demandant à la collectivité d'”accélérer la transition du milieu agricole dans le bassin versant” et de “mobiliser tous les outils disponibles pour restaurer la qualité de l’eau”. Sa détérioration”.