Nucléaire : l’Iran “a décidé” de trouver un accord à Vienne


N.-É.Un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré qu’il s’agissait d’une “ferme détermination” à parvenir à un accord avec la communauté internationale sur la question nucléaire lors de la reprise des pourparlers à Vienne, lundi 29 novembre.

“La délégation de la République islamique d’Iran est à Vienne avec la ferme détermination de parvenir à un accord et attend avec impatience une réunion fructueuse”, a déclaré à la presse Saïd Hatibzade. « Le gouvernement a montré sa volonté et son sérieux en envoyant une équipe de qualité connue de tous. Si l’autre camp fait preuve de la même volonté, nous parviendrons à un accord. Vous êtes sur la bonne voie », a-t-il ajouté.

Les États-Unis doivent participer indirectement à la discussion

Selon les médias iraniens, la délégation iranienne, dirigée par le vice-ministre des Affaires étrangères Ali Bergery, a été considérablement élargie pour ce nouveau cycle de négociations. “Si les Etats-Unis viennent à Vienne avec la détermination de sortir de l’impasse et de surmonter les problèmes sur lesquels ils n’étaient pas d’accord au tour précédent, le dialogue sera certainement plus facile”, a souligné un porte-parole.

Le programme nucléaire iranien, suspendu depuis juin, doit, d’une part, être repris entre Téhéran et l’Allemagne, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie, parties à l’accord signé en 2015. Les États-Unis, qui ont quitté l’accord sous le président Donald Trump en 2018 et rétabli les sanctions contre l’Iran, doivent indirectement participer au débat.

Lire à nouveauNucléaire : ce que veut l’Iran

Connu sous l’acronyme anglais JCPOA, le texte propose à Téhéran de lever certaines des sanctions qui oppriment l’économie en échange d’une réduction significative du programme nucléaire sous contrôle strict de l’ONU.