Nucléaire : trois questions sur les problèmes de corrosion affectant certains réacteurs

Les tensions dans le parc nucléaire français montent. La France, qui utilise l’essentiel de son électricité, n’a pas pu utiliser jeudi 10 de ses 56 réacteurs, la privant de 20% de sa capacité nucléaire en période de haute température et de forte consommation.

Parmi eux, quatre ont signalé des problèmes de corrosion du système de corrosion et un autre a été suspecté. L’EDF est actuellement à l’étude, et jusqu’à la fin du mois, l’ensemble du parc nucléaire français à la recherche de ce type de problème nouveau ne sait pas à ce stade si un nouveau réacteur doit être arrêté ce vendredi (ASN) a montré . En cas de doute.

Mais ces complications sont déjà gênantes. En raison de ces arrêts, EDF a dû réviser son estimation de production nucléaire 2022 de 330/360 TWh à 300/330 jeudi soir. Craignant le potentiel de réductions cet hiver, le gouvernement envisage déjà d’utiliser la dernière centrale électrique au charbon.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

  • Quand et où ces problèmes de corrosion se sont-ils produits ?

« Lors d’une visite de maintenance préventive du premier réacteur de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), prévue dans le cadre d’une visite décennale, un défaut a été détecté à proximité de la partie soudée de la canalisation du circuit d’injection de sécurité (RIS ). Retournez à EDF. Dans un communiqué Sorti jeudi. Ces vérifications ont été effectuées le 21 octobre. Après cela, les résultats ont été annoncés le 16 décembre. Selon le Bureau de la sûreté nucléaire (ASN).

“Compte tenu des causes inattendues des fissures constatées, EDF a décidé d’arrêter au plus vite un réacteur de conception similaire”, ont commenté les autorités. Soit la famille de réacteurs la plus puissante d’EDF (1450 MW), comprenant non seulement Civaux 2 mais aussi “Chooz 1 et 2” (Ardennes). Le même type de panne se produit même si “les vérifications et l’expertise du réacteur de Chooz 1 sont toujours en cours et se poursuivront jusqu’à l’obtention d’un bilan complet”. Ainsi, fin décembre, on s’inquiétait d’un total de quatre réacteurs. Tous du même type.

Lire à nouveau >> Nucléaire : à Penley, un futur site EPR est déjà en place

Rebelote, ce jeudi, mais cette fois dans une autre famille, celle d’un réacteur de 1300 MW. “Dans le cadre d’une visite décennale du premier réacteur de la centrale nucléaire de Penley (Seine-Maritime), un contrôle de maintenance préventive a révélé une défaillance similaire dans le circuit RIS”, relaie EDF. Une information qui suscite des inquiétudes. Il y a 20 réacteurs de 1300 MW en France, dont 12 sont exactement de la même génération (ou niveau) que Penley.

  • Quelles sont les causes de ces problèmes ?

“C’est un phénomène inattendu avec ce type d’acier à cet endroit, et la cause de ces défauts n’est pas bien connue aujourd’hui, donc des travaux d’expertise sont en cours”, a expliqué à l’AFP le directeur adjoint de l’ASN Julien Collet. .. Celle-ci “devrait se poursuivre jusqu’à la fin du mois. Sur cette base, EDF propose à l’ASN un programme de contrôle des réacteurs du parc”, a-t-il ajouté.

« L’ASN, avec l’assistance technique de l’IRSN, suit de près les investigations menées par EDF et les conclusions tirées d’EDF, notamment en ce qui concerne la surveillance des matériels en exploitation », commente-t-il dans le rapport. Bureau de la sûreté nucléaire.

  • La France risque-t-elle des ruptures d’approvisionnement ?

C’est compréhensible. En raison du grand nombre de réacteurs de 1450 MW et 1300 MW contrôlés, les centrales nucléaires peuvent faire l’objet d’autres arrêts. “Ça dépend aussi des éléments qui ressortent de ce bilan et de la compréhension qu’on a du phénomène”, mais ça choque Julian Colette.

Express

“Cela pose une question difficile pour les autorités. Il applique une logique (comme un réacteur de 1450 MW) et sait s’il faut arrêter le réacteur de manière proactive ou donner la priorité à la sécurité électrique.” C’est ce que juge notamment l’experte nucléaire Eve Marignac. De l’association Négawatt. “Si le réacteur de 1300 MW est fermé davantage, l’alimentation sera inévitablement coupée.”


avis

Chronique

Christophe DonateurChristophe Donateur

Chronique

Chronique des donateurs Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristophe Donateur

Chronique

Sylvain Chute

Chronique

Nicolas Bouzou identifie trois grandes batailles cette année.Nicolas Buzo