Obligations de vaccination : la mobilisation syndicale se poursuit en Guadeloupe

Des journalistes de l’AFP ont indiqué mardi matin que 300 à 400 manifestants se sont rassemblés devant l’hôpital, où les pompiers ont opéré des escargots et ont été salués par une foule de grévistes du CHU.

L’accès au CHU de Guadeloupe a été bloqué à cause des véhicules, mais les piétons ont continué à circuler.

“”À la fin du mois, voyez ce qui arrive à ceux qui sont suspendus.Si nous ne sommes pas payés, personne n’est payé“, Gaby Clavier, délégué syndical toxique UTS UGTG du CHU, a déclaré avoir été interrogé par l’AFP.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“”Ceux qui sont au pouvoir sont ceux qui ont été contraints et vaccinés parce qu’ils sont trop instables pour faire une pause.“, l’estimation de Gabby Clavier qui le garantit”Les dommages psychologiques de cette injection forcée sont dévastateurs“.

Selon la direction du CHU, le taux de respect des obligations vaccinales était de 87 %, alors que 566 suspensions ont été prononcées.

Au CHU, les piquets de grève sont tenus non seulement par des militants syndicaux, mais aussi par des soignants répartis par service sous un Burnham dédié. “”Nous avons tous une raison de ne pas être poignardéUne aide-soignante de bloc opératoire, suspendue depuis plusieurs semaines, a indiqué à l’AFP.

Parmi les raisons évoquées, “Choix personnel“, de “Ce que j’ai vu“Je ne connais pas la raison”Sous les secrets médicaux“,”Une histoire d’un soignant d’une autre maladie qui a vu l’effet du vaccin“Ou” croyanceExpériences scientifiques mondiales“. Pour ce personnel, suspension de salaire”C’est comme avoir une arme dans un temple“.

-Les pompiers et l’éducation ont été mobilisés-

“”Le combat continue, le gouvernement n’a rien entendu, nous sommes acculés, alors nous continuerons jusqu’à ce que nous entendions“, a déclaré Joselin Elephant, le représentant du syndicat des pompiers de Force Uvrière.

Avec ses collègues pompiers, ils ont ditExemption“.”Nous avons distribué du chlordécon (les pesticides étaient interdits dans toute la France, mais les Antilles ont pu continuer à utiliser le produit encore quelques années, ndlr), donc l’obligation vaccinale est possible pour“, a déclaré le syndicaliste.

Si l’assignation et le service minimum fourni par l’assignation, le représentant syndical le garantira.Vous devez l’arrêter pour que vous sachiez qu’il y a un problème“.

L’affrontement a lâché d’impressionnants pompiers et gendarmes lundi. Deux pompiers et deux pompiers ont été blessés, et l’AFP a appris de sources gendarmes, selon le représentant du syndicat FO.

Mardi, le ministre était également occupé par un syndicat d’enseignants. “Soutenir les collègues infirmières du système d’éducation nationale“Les personnes qui ont besoin d’être vaccinées pour continuer à faire de l’exercice.

La délégation a été acceptée par le ministre, a-t-on appris de source syndicale. “”Nous avons pu présenter notre demande, mais la ministre nous a dit très clairement qu’elle n’avait aucun moyen de réécrire la loi.“Mais j’ai ça”Déjà équipé“, a déclaré le syndicat Sneg Jean Delnaud.

Selon les syndicalistes, la première suspension des personnes touchées par la vaccination forcée à l’école interviendra après le 15 décembre.

Mardi soir, les syndicats doivent se réunir pour décider de la poursuite de la mobilisation. Tout promet une augmentation de l’exercice, des obstacles, des écoles et des installations de gestion. “au moins« Pour l’heure, la gêne occasionnée reste modérée pour la population.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Un appel à la grève générale illimitée a été lancé par un syndicat guadeloupéen et un collectif de citoyens pour protester contre le parcours sanitaire et les obligations de vaccination des soignants contre le Covid-19.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow de l’Institut Montaigne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.