OL-OM : “J’ai peur de tourner le coin extérieur maintenant”, a-t-il avoué au policier, Dimitri Payet.

Lundi après-midi, deux policiers se sont rendus au Centre de formation de l’OM pour recueillir les plaintes de Dimitri Payet après l’incident de Lyon la veille. Le milieu de terrain d’Olympia s’est blessé à la tête et n’a pas participé à l’entraînement avec ses coéquipiers après avoir été éjecté d’une bouteille en plastique pour tenter de tirer un corner en quatre minutes de jeu. équipe J’ai pu accéder à ses plaintes au sujet de « pires violences intentionnelles ».

“Nous venions de commencer la réunion lorsque nous avons reçu une bouteille d’eau en plastique pleine à hauteur de crâne, ou plus précisément à hauteur d’oreille gauche”, a déclaré Peyer à la police. J’ai immédiatement ressenti une vive douleur et je suis tombé par terre. J’étais abasourdi, mais je ne suis pas tombé dedans. Je ne sais pas d’où vient la bouteille. Je n’ai pas vu l’agresseur. Je suis resté au sol quelques minutes, la douleur était terrible. “”

Son agresseur présumé jugé mardi

Le capitaine de l’OM, ​​qui était la véritable cible en mouvement, n’a pas tout de suite compris l’importance de la situation. “Quand je suis rentré aux vestiaires, j’ai compris ce qui m’était arrivé. J’ai été choqué seul, sur la table de soins, ajoute-t-il. Reprendre le match. Je n’ai pas pu (…) J’ai peur de prendre un coin en jouant. “”

Arrêté à la barre après son geste et avouant les faits, son agresseur présumé a vu sa détention policière prolongée lundi soir. Il a été présenté au parquet mardi matin et doit tenter une comparution immédiate à 14h00 devant le tribunal de grande instance de Lyon (Rhône) pour “violences avec armes à destination sur des sites sportifs”.