“On ne lâchera rien” : Macron annonce de nouvelles mesures contre le harcèlement scolaire

“”Malheureusement, l’intimidation est toujours répandue dans les écoles et les réseaux sociaux aujourd’hui, ne laissant aux victimes aucun moment d’intimidation.“Le chef de l’Etat a déclaré dans une vidéo publiée sur le réseau social de l’Elysée à l’occasion de la fête nationale contre le harcèlement scolaire.

“”C’est pourquoi nous continuons à nous mobiliser“, Il ajouta.”Nous ne lâcherons jamais“.

Au total, 6 à 10 % des étudiants subiront une forme de harcèlement pendant leur scolarité, et un quart des étudiants seront confrontés au cyberharcèlement, selon le rapport du Sénat de septembre.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Le harcèlement peut avoir des conséquences dramatiques, comme le rappelle fin octobre le suicide de Dina, une lycéenne de 14 ans à Mulhouse (Oran). Ses proches ont promis de déposer des plaintes jeudi dans quelques jours. Elle achèvera l’enquête déjà ouverte par le parquet.

Ces dernières années, de nombreuses initiatives ont été entreprises, dont la création des numéros d’aide d’urgence 3020 (pour les familles et victimes) et 3018 (pour le cyberharcèlement), mais le chef de l’État a annoncé jeudi :En plus du numéro d’ensemble 3018, l’application 3018 sortira en février“, pour “Autoriser les victimes et les témoins à prendre des captures d’écran de situations de harcèlement“.

Emmanuel Macron a également déclaré que le gouvernement “Renforcer le foyer pour jeunes, le centre d’accueil pour jeunes, le lieu physique avec les gens là pour entendre“.

-Étudiant ambassadeur ”

Pour aider les enfants”Mieux utiliser les réseaux et les technologies numériques“Le gouvernement va ailleurs.”Nous délivrerons une attestation de reconnaissance numérique à la sixième année dès le début de l’année 2022, et commencerons l’expérimentation avec l’idée de généraliser dès la rentrée prochaine.“, Il a dit.

enfin, “Changer la loi pour améliorer le contrôle parental afin qu’il soit installé par défaut sur tous les téléphones, ordinateurs et tablettes utilisés par les enfants“, Il a continué.

Le projet de loi LREM en ce sens vient d’être soumis à la Diète.

Emmanuel Macron évoquait harcèlement avec des jeunes victimes et des groupes invités à l’Elysée le 4 novembre.

Brigitte Macron s’est rendue jeudi dans une université du 15e arrondissement de Paris avec le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blankel pour suivre une formation et un temps d’échange avec des étudiants.

“”N’ayez pas peur d’être harcelé.Plus vous agissez vite, plus vite vous vous résoudrez.“, a témoigné Dania, la sixième étudiante de cette université.

Macron et Blanker ont souligné la nécessité de faire avancer les discussions avec la plateforme pour renforcer la lutte contre le cyberharcèlement.

“”Le réseau semble fonctionner maintenant“Nous avons accueilli M. Macron.”C’est le moment, alors allons-y“.”Ils n’ont pas beaucoup d’options et je pense qu’il vaut mieux bouger que d’être sanctionné“, Elle a expliqué.

“”Nous les recevons régulièrement et parlons à la plateforme“Nous avons ajouté Jean-Michel Blanker.”Ils sont en train de s’engager sur certains points, mais nous n’y sommes pas encore complètement“, Il a dit.

Le harcèlement a fait l’objet d’une prise de conscience accrue au cours de la dernière décennie. En 2019, le gouvernement a lancé un programme de prévention de ce phénomène dans les écoles primaires et secondaires. C’est le programme pHARe qui se déploie cette année dans toute la France. Nous visons à atteindre 100 % universitaire d’ici la fin de l’année scolaire.

Près de 45 % (2 300) des universités et environ 8 200 écoles travaillent déjà sur ce programme. Le programme prévoit notamment la formation de 10 étudiants ambassadeurs par équipe de référence (5 personnes) et établissement, soit 10 heures de formation par an pour les enfants.

Au total, 22 900 étudiants ambassadeurs et 15 500 personnels de l’éducation nationale ont déjà été formés, selon le ministère.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

slb-jri-asm-adc / cb / swi


avis

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton

Journal libéral

"Si ce n'est pas faux quand de nombreux économistes prestigieux viennent dire que c'est le bon moment pour emprunter aujourd'hui, ils s'expliquent pour la mauvaise raison."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

"Au contraire, la diabolisation n'a pas retardé la montée continue des voix du Rassemblement national, devenu le Rassemblement national."Cela me rappelle Abnousse Shalmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo