“On vole notre jeunesse !” : Sur les routes de Java, la colère des voyous avant de fermer

“”Restez stylé ce soir jusqu’à la fermeture“David, un chargé de communication de 23 ans qui s’est laissé tenter par le thème de cette soirée d’adieu house disco, promet.”Je travaille demain, mais être ici est précieux.“”

A partir de 6h00 le vendredi “Jusqu’au 6 janvier“La boîte de nuit française ferme la porte. La réaction à la cinquième vague de Covid-19, annoncée par le Premier ministre Jean Castex lundi, était alors que le club était déjà fermé depuis 16 mois pendant la pandémie. , suscite la colère chez les jeunes délices. .

“”Nous sommes privés de jeunesse !“Ton Marine, 19 ans, est venu avec ses amis Noe et Juan à partir de 22h30 et a de nouveau apprécié le camion déjà compact à la fin.Apéritif électrique“.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“”C’est à cause de +antivax+, c’est pour ça qu’on est de la merde», a hurlé Mauricio, 25 ans, brésilien, économisé quelques minutes dans le fumoir avec deux copains de fac, et a tenu le coup jusqu’au premier RER.

Une étudiante en commerce de 25 ans passionnée par “”Recevoir (sa) renforcer l’immunité du vaccin“J’ai dit que je sortirais tous les week-ends sans masque.”Mais il ne m’est rien arrivé et il ne faisait pas froid du tout !“Il dit qu’il remet en cause l’hygiène.

Selon une enquête ComCor menée par l’Institut Pasteur du 23 mai au 13 août, les boîtes de nuit sont toujours “Lieux à haut risque d’infection“Parce que le coronavirus peut plus facilement continuer à flotter dans l’air, il est fermé et insuffisamment ventilé.

“”Je n’ai pas l’impression de faire quelque chose de mal ici (…) Tout le monde est vacciné et jeune, donc il n’y a pas de gros risque pour eux», s’oppose au manager de 30 ans Alexander Pynchon.

Il a été contraint de laisser 15 employés à l’étage trois mois seulement après avoir repris la boîte qu’il venait de reprendre avec son frère Alban.

-“”Besoin de danser“-

Le patron de Java a dit que le monde de la nuit est “L’un des secteurs les plus gérés” : 105, à l’entrée de la rue du Faubourg-du-Temple, trois gardiens enthousiastes vérifient simultanément le pass sanitaire et la pièce d’identité pour éviter la contrefaçon, nous rappelant notre obligation de porter un masque. Des masques pour certains restaurants encore ouverts dans le quartier .

Mais à l’intérieur, lorsque vous descendez les escaliers bondés et traversez le vestiaire, le masque tombera et votre visage sortira. Les foules se rassemblent devant le pont, ramassant une éco-tasse, quittant le canapé de l’alcôve, dansant d’abord au son de la montée en flèche, puis se chargeant d’un rythme de basse supérieur à 100 bpm. dernière fois.

Le Premier ministre Jean Castex a indiqué lundi en conférence de presse qu’il était obligé de porter un masque fermé fin novembre, même s’il disposait d’un pass sanitaire dans toutes les régions de France.Très difficile (difficile à mettre en œuvre) dans ces installations” Lorsque “Même les jeunes vaccinés sont riches en virus (circulation)“.

Après une tournée de trois coups au bar, Matilde a dit qu’elle a ditVaccins et parcours de santé« Le gouvernement ne le considère plus comme suffisant.Limiter (sa) liberté“.”Cette fermeture c’est de la merde», résume-t-elle.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Alors le Parisien de 26 ans, pâtissier, argumente :Dans chaque captivité“.”La fête fait partie de la culture. Nous avons besoin de danser, de vivre le moment et de profiter de ce moment.“”


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"La croissance n'est pas offensante pour ses détracteurs, mais un baromètre de la vitalité et de l'humeur nationales."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

Un regard sur l'actualité de l'écrivain Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"Un nuage de colère sociale se construit à l'horizon. Nous devons donc agir à la fois pour la France pauvre exclue du travail et pour les travailleurs pauvres qui sont désormais inquiets et étranglés."Alain Madelin