Paris : 35% des annonces ne respectent pas le contrôle des loyers


VS’C’est une obligation que certains donateurs ne respectent pas. A Paris, 35 % des logements proposés en location dépassent la limite légale, selon le premier baromètre de l’Observatoire de la surveillance des loyers à Paris mis en place par la Fondation Abbé Pierre. 15 000 annonces validées pendant 1euh Août 2020 et 1euh Rapport, août 2021 Parisien, ce lundi 29 novembre.

Le contrôle des loyers interdit en fait aux propriétaires de fixer des loyers supérieurs au plafond dans les petites communes. Cependant, la loi permet aux propriétaires d’augmenter les loyers des logements s’ils offrent une “qualité spécifique” qui apparaît comme “exceptionnelle et justifiée”, s’appuie l’observatoire, explique Aymeric Dominique, co-fondateur d’IT Extended Framing.

“Seulement neuf amendes ont été infligées.”

En moyenne, la moyenne au-dessus de la limite est de 196 euros, soit environ 2 400 euros par an. « C’est une énorme perte de pouvoir d’achat et cela a de lourdes conséquences pour les locataires », a déclaré Aymeric Dominique à un confrère. Ces excès sont plus importants dans l’ouest et le centre de Paris (1)euh,Quatree, 7e, 8e, 9e Et 16e). Les studios de 20 à 40 mètres carrés et les appartements de deux pièces sont également surfaits.

Lire à nouveau Julian Damon-Rent Management, l’immobilier écrasant

Lancé par la Fondation Abbé Pierre, ce baromètre pourrait contribuer à faire évoluer la législation en vigueur. “Les amendes ne sont survenues que neuf fois”, regrette Ian Brosat, assistant au logement à la ville de Paris. Et de poursuivre : “Mais une législation incontrôlée, c’est comme une limitation de vitesse sans radar, et ça ne marche pas, y compris le transfert des sanctions et de l’autorité de contrôle à la communauté, et le doublement des sanctions financières. , Quatre amendements au projet de loi 3DS seront examiné par le Congrès à partir du 6 décembre.