Parlement LR : Ciotti-Pécresse, surprise politique mais logique idéologique

Peu de panthères parient sur ce duel. Et encore. Eric Shiotti et Valérie Pécrès ont participé ce jeudi au second tour du meeting LR, chargé d’investir dans les candidats de droite à la présidentielle. Avec 25,59 % des voix, le vice-président des Alpes Maritimes devance légèrement le président de la région Ile de France (25 %). Les aventures de Xavier Bertrand et Michel Barnier se sont arrêtées et ont été éliminés au premier tour. Tout ce résultat réserve des surprises politiques, puisque les deux candidats sont partis de loin. Mais c’est idéologiquement cohérent. Valérie Pécrès et Eric Shiotti ont tracé la ligne la plus à droite dans cette campagne interne.

Les finalistes ont commencé la compétition avec une série de coquillages. Valérie Pécrès souffrait du péché originel. J’ai quitté LR en 2019. De nombreux militants en veulent à l’ancien ministre, accusé d’avoir échappé au navire après la défaite des élections au Parlement européen. Eric Chiotti avait un autre handicap de nature. C’est sa mauvaise réputation, comme en témoignent les 5% des suffrages que lui promettent les sondages au premier tour de l’élection présidentielle. Pas la meilleure rampe de lancement.

Libéré des balles politiques

Les deux concurrents ont réussi à sortir de leurs chaînes. Valérie Pécrès a su faire oublier la fugue LR. Primaire ou Parlement : cet été, elle a annoncé qu’elle suivrait le processus de bris d’égalité choisi par les républicains. Dès que les militants ont voté en faveur du Congrès, elle a repris les cartes du parti, obligeant Xavier Bertrand à emboîter le pas.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Cette excellente stratégie étudiante porte ses fruits. L’adjudant de LR a déclaré en octobre : Eric Shiotti lui-même a échappé à son relatif anonymat : l’homme s’est révélé lors d’un débat télévisé et a développé sa proposition avec une conviction sereine. Comme François Fillon en 2016, le challenger est devenu poids lourd pendant l’exercice. “C’est là que tout a changé”, a-t-il confié à un passant lors de la réunion publique de Moe fin novembre.

Valérie Pécrès et Eric Shiotti ont débattu avec succès à la télévision. Ils y prirent la ligne politique de droite : promesse d’une solidité imposante et d’une réforme libérale. Priorités nationales, abolition du regroupement familial, fin des droits fonciers… L’adjudant des Alpes Maritimes s’est confié au député LR inconditionnel. A l’image de Valérie Pécrès, qui prône la mise en place de quotas d’immigration. “Les électeurs de droite ont basculé vers la droite. Les électeurs LR sont également attentifs à la meilleure amie de Valérie Pécrez. Les deux finalistes sont les candidats les plus à droite politiquement et idéologiquement.”

Libéralisme assumé

Y compris le secteur économique. Les deux candidats revendiquaient le programme le plus libéral. Eric Siotti a repris l’héritage de François Fillon et est revenu à 39 heures, remplaçant son impôt sur le revenu par un impôt forfaitaire de 15 %. Valérie Pécrès n’est pas en reste. Elle a accepté de supprimer le poste de 150 000 fonctionnaires, et Xavier Bertrand et Michel Barnier ont refusé de prendre un engagement chiffré.

La rhétorique est toujours efficace du bon côté. Le soutien analytique d’Eric Shiotti : « Les deux candidats les plus libéraux ont gagné. Ils ont tenté d’obtenir la Coupe de Hwiyoung. Pecles était entouré de philonistes et Shiotti avait un clivage libéral et conservateur. En octobre, le directeur de campagne de Valérie Pecres, Patrick Stephanini, a déclaré à L’ Express:

Surprise politique, cohérence idéaliste. Les résultats des urnes ont une sorte de logique intégrée. Elle ne se réduit cependant pas à cette considération théorique. La politique est plus qu’une simple bataille d’idées. De l’avis général, l’équipe de Valérie Pécrès s’est montrée très efficace pour obtenir le soutien de LR auprès des candidats. Ce dernier peut remercier Patrick Stéfanini. « Il travaillait comme orfèvre, c’est un chirurgien électoral », se félicite le soutien. Les résultats de l’élection montrent à quel point ce « concours de cartes » a été décisif. « Quelle est la réserve maximale pour voter ? Ile de France, puis Paca note le député LR. C’était un vote territorialisé.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

La décision parmi les finalistes reste maintenant. Philip Juvin, Xavier Bertrand et Michel Barnier ont soutenu Valérie Pécrès. Avec les gens qui vous entourent, vous êtes confiant. “Ciotti a fait le plein au premier tour”, rassure les membres du premier cercle. Chez Eric Shiotti, je veux croire que le jeu n’existe pas. Les électeurs du candidat défait seront indépendants, et le vice-membre numéro un des Alpes Maritimes sera la source de la dynamique. Je manque de temps pour convaincre. La campagne se termine à minuit ce jeudi soir.

Paul Showlet


avis

Edito

Anne Rosencher est la rédactrice en chef de L'Express.Anne Rosencher

Journal libéral

"Un nuage de colère sociale se construit à l'horizon. Nous devons donc agir à la fois pour la France pauvre exclue du travail et pour les travailleurs pauvres qui sont désormais inquiets et étranglés."Alain Madelin

Chronique

Abnoussé ShalmaniAbnoussé Shalmani

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton