Pax sinica : ce que la Chine veut (vraiment) faire avec l’Afrique


En En soutenant économiquement et financièrement les pays africains, la Chine construit son image et se construit des clients dans ses États clients qui lui permettent d’exercer certains pouvoirs politiques. L’instrumentation de l’Afrique a directement contribué à cette puissante renaissance de la Chine, réclamée par les dirigeants chinois. pour. Pouvez-vous parler de la colonisation de l’Afrique par la Chine ?

Lire à nouveauDocu TV : cette Afrique qui a fait mal à la Chine

Est-ce une situation de colonisation ?

Si la colonisation signifie l’occupation du territoire et la domination politique, militaire, juridique et économique qui en envisage le cadre à l’aide de Sabre et Brush, il est clair aujourd’hui que la Chine est aussi une ancienne force coloniale. n’exercent pas ce type de contrôle.

Soulignant le fait que la Chine, comme eux, a été victime du colonialisme occidental vis-à-vis des nations africaines, mais en même temps est fière de n’avoir jamais commis une telle notoriété. Est-ce si certain ? Si vous regardez l’ancienne carte de la Chine dans les manuels scolaires des années 1930, vous pouvez voir que les « frontières » qui sont apparues au début du XIX recréent la Chine.e Un siècle avant la signature du traité inégal. L’« humiliation nationale » qu’elle a subie l’aurait amenée à abandonner ces colonies et à réduire ses frontières actuelles. Cependant, le Tibet, la région autonome ouïgoure du Xinjiang et la région autonome de Mongolie intérieure, qui sont contrôlés par l’armée de diverses manières et soumis à une chinoisisation forcée, sont toujours conservés.

Lire à nouveauL’Amérique ne veut pas vraiment de China Flica

Non, mais dans le cas de la Chine, plutôt Pax Sinica

Malgré tout, le discours chinois d’aujourd’hui enseigne que la Chine ne peut pas être blâmée pour le colonialisme. Car en reprenant la vieille antienne léniniste, seules les nations capitalistes peuvent se rendre coupables de tels méfaits. Après l’événement sanglant de la place Tiananmen en juin 1989, les sanctions occidentales ont fourni à la Chine l’occasion de lancer le slogan : « Souvenez-vous de l’humiliation du peuple. Pays dont les pays africains. C’est la méthode proposée par Xi Jinping, le secrétaire général du Parti communiste chinois, comme suit. Pax Sinica En élargissant l’univers « sous le ciel », que la Chine a traditionnellement gouverné, à l’ensemble du globe, « la Chine apporte sa sagesse et ses solutions et constitue la communauté fatidique de l’humanité ». Elle mérite un discours de Jules Ferry sur « Les fondements de la politique coloniale » le 28 juillet 1885.

Lire à nouveauChine-Egypte : Partenariat stratégique global ?

Une nouvelle forme d’obéissance passe par l’entreprise

A vrai dire, en Afrique, les ingénieurs chinois se sont substitués aux missionnaires occidentaux, tous deux œuvrant pour adopter les critères de remodelage de l’espace au profit des agents économiques qu’ils représentent. Depuis les indépendances, une nouvelle forme d’obéissance économique a émergé en Afrique, non plus à travers l’État, mais à travers des entreprises telles que les compagnies pétrolières (Total ou Sinopec). Ces dernières sont chinoises, des « entreprises publiques centrales » sous la tutelle directe du gouvernement chinois, mais les Français, contrairement aux Chinois, sont désormais un groupe privé auquel l’État français ne participe plus. Un État qui est actionnaire via le Fonds souverain, qui est chargé de gérer les réserves de change de la Chine.

Lire à nouveauAkinumi Adesina : « L’Afrique ne doit pas dépendre des autres »

Du nouveau sens du néocolonialisme

Le néocolonialisme est conditionné à l’ingérence économique des grandes entreprises étrangères (qu’elles soient chinoises ou non) qui exploitent et exportent les matières premières africaines, et à l’achat de biens et services produits par les pays « bénéficiaires », c’est-à-dire l’assistance et l’octroi de crédit. Oui, l’existence étrangère avec les Chinois est un « chausse-pied » qui permet à certains pays africains d’entrer dans un état de dépendance vis-à-vis de forces étrangères nouvelles, en l’occurrence la Chine, pour reprendre l’expression de Tibor Mende…

Lire à nouveauBabeles-quand la Chine approche

* CNRS-Écoledes hautes études en sciences sociales et directeur de recherche honoraire du Centre d’études modernes et contemporaines de Chine (UMR 8173).