Pêche : “On va continuer à se battre”, garantit Macron


” NonVendredi lors d’un déplacement dans le nord de la France, Emmanuel Macron continue de se battre alors que l’opposition reproche au gouvernement de les avoir mis en conflit, on ne lâchera pas les pêcheurs. “La détermination, la fermeté et le soutien à nos pêcheurs sont la politique que nous avons menée depuis le début et nous ne céderons pas”, a déclaré le chef de l’Etat à la presse d’Urnowa Emry (Nord).

Il a de nouveau exhorté la Commission européenne à “jouer ce rôle” et a réglé le différend avec la Grande-Bretagne. « La Commission doit nous protéger. Elle doit aller jusqu’au bout, les choses vont trop lentement et trop doucement », regrette-t-il, « La Commission a joué son rôle. Sinon, la France le fera. “Le processus est trop lent”, a admis un porte-parole de la Commission bruxelloise.

Lire à nouveauSir Frost-Clement Beaune : les faux vrais frères ennemis

Ce dernier fait référence à un “sujet urgent” et promet à Londres “d’appeler à une amélioration des processus dans un délai bien défini”. Le maintien du « refus d’évoquer le dialogue bilatéral » dans le nord d’Emmanuel Macron, au moment de la conclusion, était « non seulement le sujet entre la France et la Grande-Bretagne, mais aussi le sujet du respect de la langue donnée. Selon lui, de l’accord sur le Brexit entre Londres et 27. « Aujourd’hui, ils sont [les Britanniques] Ne respectez pas « ces accords », je l’ai dit très clairement au Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a-t-il fait valoir.

“Je ne sais pas pourquoi je joue nerveusement”

Ces dernières semaines, « Il y a eu quelques avancées. Les pêcheurs des Hauts-de-France, de Normandie et de Bretagne le savent. Certaines personnes sont déjà en mesure de reprendre leurs activités, mais elles ont tout. Non. “Je ne sais pas pourquoi […] Nous jouons nerveusement », a également affirmé le président. Les experts des pêcheurs ont réagi en colère aux propos du ministre de la Mer Alnwick Girardin jeudi sur les plans de compensation pour les pêcheurs sans licence dans les eaux britanniques. Le secrétaire d’Etat européen aux Affaires européennes Clément Beaune a déclaré vendredi que la France n’avait pas “battu en retraite” et réclamait “un nombre égal” de licences à Londres.

Lire à nouveauPêche : Qui est conduit par bateau entre la France et l’Angleterre ?

Plusieurs opposants, dont Xavier Bertrand, Michel Barnier, Valérie Pécrès (LR, droite), Marine Le Pen (RN, extrême droite), ou encore Fabien Roussel (PCF, Républicain), sont des responsables du gouvernement.Il a vivement critiqué le “retrait” de . A partir de 5 mois avant l’élection présidentielle. Emmanuel Macron a assuré le gouvernement qu’il continuerait à “accompagner” les pêcheurs tant que les négociations se poursuivraient.