Pêche post-Brexit : Annick Girardin promet de “continuer le combat”


EElle ne lâchera pas. La ministre de la Mer, Annick Girardin, a promis aux pêcheurs du Haut-de-France de “continuer à se battre” avec Londres avec un permis post-Brexit. Elle était en colère contre la nouvelle déclaration de cette semaine devant ces pêcheurs le dimanche 21 novembre. “Nous allons continuer à nous battre comme annoncé”, a-t-elle déclaré au Cap Gris-Nez (Pas-de-Calais) à l’issue de la rencontre. “Nous nous battons pour ces bateaux tous les jours pour ces licences, et nous n’abandonnons jamais.”

“L’interprétation en anglais de nos dossiers est inacceptable et ne répond pas à la bonne volonté de la France”, a-t-elle affirmé.

Lire à nouveauPêche : Qui est conduit par bateau entre la France et l’Angleterre ?

Annick Girardin a évoqué jeudi la possibilité d’une indemnisation pour les pêcheurs français qui se retrouvent sans permis de pêche dans les eaux britanniques. “Aujourd’hui, ils ont compris quelle était ma position et ont de nouveau compris que le ministre de la Mer était de leur côté”, a-t-elle déclaré.

Annick Jirarudan a souligné que “80 % des procédures” ont été réglées avec “plus de 960 licences”. “Mais j’ai toujours dit qu’il ne fallait laisser personne au bord du quai”, a-t-elle souligné.

“Nous ne lâcherons jamais les pêcheurs”, a assuré Macron.

Le président Emmanuel Macron avait déjà tenté de rassurer les pêcheurs vendredi. “Nous continuerons à nous battre et ne lâcherons pas les pêcheurs”, et “avant Noël, la France occupera une position”, a-t-il assuré.

Lire à nouveauBrexit : même les meilleurs accords commerciaux sont perdants

Onze mois après le Brexit, environ 150 bateaux français attendent toujours l’autorisation d’installer des filets dans les eaux britanniques. Alors que les négociations entre Bruxelles et Londres étaient au point mort, le ministre de la Mer a annoncé jeudi qu’une enveloppe de “40-60 millions d’euros” pourrait être débloquée pour mettre en place un plan de sortie de flotte. “La Commission doit agir, et la Commission doit jouer ce rôle”, a insisté dimanche le ministre. “Si l’Europe ne le fait pas, la France prendra une décision.”