Peng Shuai : la WTA menace de retirer tous les tournois de Chine

Le patron de la WTA, qui gère le circuit de tennis professionnel féminin, n’exclura pas le retrait du tournoi de Chine à moins que Pékin ne fasse la lumière sur la disparition de la championne Peng Shuai. Les joueurs n’ont pas contacté la communauté du tennis depuis qu’elle a accusé d’anciens responsables du Parti communiste d’avoir eu des relations sexuelles début novembre.

Dans une interview accordée à CNN jeudi, le patron de la WTA, Steve Simon, a menacé de retirer le tournoi de tennis féminin de Chine si la Chine ne résolvait pas le problème. “Nous sommes prêts à retirer complètement notre activité (de Chine) et à faire face à toutes les complications qui en découlent”, a affirmé la patronne du tennis féminin.

“C’est plus important que les affaires (d’accusation de viol)”, a déclaré Simon à la télévision américaine. Peng Shuai (35 ans) a eu des relations sexuelles sur les réseaux sociaux avant que l’ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, qui était l’un des sept hommes politiques les plus puissants de Chine de 2013 à 2018, en fasse une maîtresse il y a trois ans, l’accusant d’avoir forcé une relation.

L’accusation a été brièvement publiée sur le compte officiel Weibo du joueur (équivalent à Twitter en chinois) le 2 novembre. La Chine a immédiatement bloqué la référence à ce message. L’AFP n’a pas pu confirmer s’il a été écrit directement par Peng Shuai.

Depuis lors, les joueurs n’ont pas communiqué directement ni ne sont apparus publiquement, et Zhang Gaoli n’a jamais répondu publiquement à ces accusations. Mercredi, la chaîne publique sino-anglaise CGTN a publié une capture d’écran d’un e-mail de Peng Shuai qui aurait été envoyé par un joueur chinois à la direction de la WTA.

A CNN, M. Simon a réitéré ses doutes sur l’authenticité de ce message, où le champion déclare ses accusations contre Zhang Gaoli “fausses”. “Je ne pense pas que ce soit vrai du tout”, a déclaré Simon à CNN, qualifiant l’e-mail de “mise en scène”.

“Si elle a été forcée de l’écrire, nous ne savons pas si quelqu’un l’a écrit pour elle […] Mais nous ne serons pas soulagés tant que nous ne lui parlerons pas directement », a déclaré un responsable de la WTA.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, interrogé à plusieurs reprises, a déclaré qu’il ignorait complètement l’affaire et a refusé de commenter, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un problème diplomatique.