“Performance Choices”, Gartier justifie le retour de Ntamack en ouverture face aux All Blacks

En raison de ce choc subi par les All Blacks, le staff de Bruce a envisagé de coordonner les meilleures équipes et est conscient qu’il a densifié le peloton pour faire face aux défis physiques des Néo-Zélandais. Fabien Galthié a également expliqué son choix fort de laisser Matthieu Jalibert sur le banc et de soutenir Romain Ntamack, qui a retrouvé sa place au premier tour.

Pourquoi avoir choisi de remplacer Romain Ntamack à la 10e place aux dépens de Matthieu Jalibert ?

Nous avons des objectifs de performance et recherchons des joueurs avec une expérience collective importante. C’est pourquoi nous avons associé Romain et Matthieu sur 10 entraînements et 2 tests matchs. C’est pourquoi nous nous associons principalement à Gaël (Fickou) et Jonathan (Danti). Ils ont joué ensemble pendant trois ans au Stade Français et ont beaucoup d’expérience ensemble. Comme Romain (Ntamack) et Antoine (Dupont) du Stade Toulousain. Choisir de les coupler le samedi est un choix de performance, pas un choix par défaut.

Pourquoi aligner la troisième ligne de ce puissant Cross-Jelonch-Alldritt ?

Elle est liée aux profils de l’équipe adverse et de ces joueurs. Ce sont des joueurs de caractère avec une expérience à la fois individuelle et collective. Ils ont beaucoup joué ensemble et ont fait un très bon match. Il s’agit collectivement de la troisième ligne la plus expérimentée et la plus performante.

Pouvez-vous expliquer votre mandat? Jonathan Danti ??

Jonathan a joué contre l’Angleterre lors de la Coupe d’automne de l’année dernière. Il a été très efficace lors de ce tournoi. Il a ensuite joué les deux premiers matchs d’essai de la tournée en Australie. Comme l’Angleterre, il était excellent et a assisté à 200%. C’est un joueur physiquement dominant, altruiste, et ne souffre plus de problèmes de genoux.

Et la ligne de front Uini Atonio ?

Il a un rôle à jouer dans sa particularité. Il dégage également beaucoup de sécurité, de force, de facilité au stade statique et dans les centres commerciaux. C’est un immense rugbyman avec des qualités de main, d’échange et d’expérience.

Cameron Woki Il sera reporté sur la deuxième ligne. Votre expérience avec la Géorgie a-t-elle été fructueuse ?

Tout d’abord, sélectionnez le joueur à ce moment-là. Cameron est aujourd’hui le joueur le plus adapté à sa puissance, ses activités et ses déplacements. Il a joué jusqu’à présent.

Avec ces options et six attaquants sur le banc, j’ai l’impression que vous voulez renforcer physiquement votre équipe…

J’aimerais envoyer un finisseur très fort, surtout un pack avant, pour pouvoir contrôler mon adversaire du début à la fin du match. C’est une question d’équilibre. Oui, on veut être densifiés, mais on veut pouvoir bouger, tenir le ballon, défendre, tendresse masculine, et garder le contrôle avec ou sans ballon.

Est-ce un match crucial pour votre équipe ? Deux ans après le début de votre mission, deux ans avant la Coupe du monde ?

Depuis notre premier match contre l’Angleterre, tous nos matchs ont été significatifs. Chaque match est un match très important. Il s’agit de notre 20e test et il n’y a pas de tests non essentiels. Notre évolution continue, ce match n’est pas fini. C’est un lieu de rencontre pour les joueurs, les leurs, leur rugby. Ils font ce qu’ils veulent pendant et après le haka, et surtout pendant le match.

Vous inspirez-vous des Irlandais qui ont remporté les All Blacks la semaine dernière ?

Nous devons rendre hommage au peuple irlandais qui a joué un grand match. Mais nous sommes la France et avons une histoire unique pour survivre. C’est notre rendez-vous. Et le futur Black Steam n’est pas le même que Dublin.

Comment avez-vous vécu cette semaine sur le plan individuel ?

Depuis deux ans que nous menons une vie noble, l’équipe de France est noble et dit souvent que c’est un match contre les meilleurs joueurs français, le meilleur staff et les plus gros adversaires dans les plus grands stades. Nous sommes passionnés par ce jeu. C’est juste un jeu, c’est une enfance. Cet enfant est toujours en nous. Chaque semaine de préparation est une grande joie, un moment merveilleux, et encore plus cette semaine.