Pétrole : attaques sans précédent d’autres pays, dont les États-Unis et la Chine, pour faire baisser les prix

Cette décision est prise alors que le prix des pompes s’envole aux États-Unis, qui sont un très gros consommateur d’essence. C’était un gros problème politique pour le président Joe Biden, surtout lorsque les Américains ont suivi le chemin de rejoindre la famille à la veille de Thanksgiving.

Selon un communiqué de presse, la première économie mondiale vendra 50 millions de barils de pétrole.

Les États-Unis et d’autres États veulent augmenter l’offre, mettant la pression sur les pays producteurs et faisant automatiquement baisser les prix.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Après la levée des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, le pétrole brut a bondi dans le cadre de la reprise économique et des voyages.

Les effets de telles opérations sont aussi, et peut-être surtout, psychologiques. Les prix de l’or noir ont déjà commencé à baisser récemment, tandis que les spéculations sur un tel comportement collaboratif ont doublé.

Vers 13 heures, heure de Greenwich, le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), une variété américaine standard, n’était que de 0,39% par rapport au cours de clôture de la veille, le marché ayant peu réagi mardi. ..

Au cours des trois mois du 19 août au 22 novembre, le WTI a augmenté de 20,5%.

Selon la Maison Blanche, Washington et Pékin ont mis de côté leur rivalité à cette occasion. La Chine, à l’instar de l’Inde, du Japon, de la Corée du Sud ou du Royaume-Uni, est l’un des principaux consommateurs d’or noir participant à cette initiative.

Les responsables de l’administration américaine ont garanti que ces ajustements sont les premiers.

-Cartel de consommateurs-

Les tentatives des États-Unis pour faire pression sur les producteurs, en particulier l’Arabie saoudite, pour qu’ils augmentent l’offre ont échoué jusqu’à présent.

Louise Dickson, analyste chez Rystad Energy, explique :Cette action historique et peu orthodoxe est clairement un message pour l’OPEP.“Cartels des grands pays producteurs, dont la Russie”Ce n’est pas le seul acteur du marché pétrolier.“”

“”Cet effort de collaboration forme une alliance informelle de la part du pays consommateur.», en réponse au cartel du pays d’origine, décide-t-elle.

Le président des États-Unis se penche également sur les grandes entreprises du secteur qui ont été accusées de ne répercuter que les augmentations de prix sur les pompes tout en réalisant d’énormes profits.

La Maison Blanche a demandé aux autorités américaines de la concurrence d’enquêter il y a quelques jours.Tout à la fois“À propos du comportement”Probablement illégal“Nous sommes une compagnie pétrolière et n’excluons pas une action en justice.

Dans le détail, les États-Unis utilisent les réserves de pétrole de deux manières.

Elles sont”Échange de devises” : Ce pétrole sera restitué au gouvernement fédéral et sera remis aux stocks stratégiques dans les années à venir.

Sur une période de quelques mois, 18 millions de barils seront entièrement vendus.

Selon le score de fin août du ministère de l’Énergie, les États-Unis stockent des réserves stratégiques de pétrole sur quatre sites souterrains en Louisiane et au Texas. Ce site contient 714 millions de barils.

Sauf en cas d’urgence, il est relativement rare qu’ils en retirent en grande quantité. Cela pourrait être le cas si un ouragan frappe le golfe du Mexique, une zone essentielle pour la production et le stockage de pétrole, ou en réponse à une crise internationale.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Ce fut le cas, par exemple, en 2011 pour faire face à une interruption de la production pétrolière en Libye, qui est au bord de la guerre civile.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Rama Yade, vice-président du Parti radical (PR), 10 mars 2012.Sylvain Fall

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner