Plus de 600 maires soutiennent la réélection d’Emmanuel Macron


N.-É.Dans une lecture de 600 maires, dont Edouard Philippe, qui a débuté samedi 20 novembre, un appel en faveur de la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République lui a confié un “mandat de cinq ans en faveur du territoire et des collectivités locales”. gouvernements. » Bienvenu.Forum publié dans JDD..

“La continuité et la stabilité sont nécessaires pour relever les défis majeurs auxquels le pays est confronté, tels que la réindustrialisation, l’ouverture accrue des municipalités, la construction de logements, la conservation des paysages et la migration réussie des écosystèmes”, écrit l’auteur. Outre l’actuel maire du Havre, Christian Estrosi (Nice), Hubert Falco (Toulon), Christoph Bechu (Ange), Caroline Caillou (Bove), ou Olivier Klein (Clichy Sue Bois), Seine-Sandoni).

“Pour nous, les élus locaux de France, de Corse, et de territoires étrangers viennent de toutes les politiques et n’ont souvent pas d’étiquette. Le compte est là”, a-t-il déclaré en soutien au président de la République.L’auteur poursuit. « Ne poursuivez pas des intérêts partisans » est « des intérêts généraux ».

Lire à nouveauLa tentation de Macron d’opérer avec le maire

“Première action concrète” après l’AMF

“Nous voulons juste poursuivre la relation de confiance que nous avons pu construire avec le pays en cinq ans”, ont déclaré ces élus, dont David Valence (Saint-Dié-des-Vosges) et Alain Chrétien (Vesoul). . Karl Olive (Poissy), Jean-Charles Orsucci (Bonifacio), Sonia Lagarde (Nouméa), ou encore Sandra Trochimara (Cayenne).

“Cet appel est la première action concrète de la pré-campagne d’Emmanuel Macron en cette fin de semaine”, a déclaré l’Agence France-Presse dans un ténor majoritaire. Depuis quelques semaines, j’ai intégré le comité de soutien, animé par Territoires des États-Unis Sebastian Le Corne et Thierry Soler, le meilleur ami d’Emmanuel Macron.

Lire à nouveauCatherine Ney : “Aucun président n’est aussi puissant que Macron.”

L’opération a eu lieu deux jours après la clôture de la Conférence des maires de France, au cours de laquelle le chef de l’Etat a mal défendu son bilan, recevant des critiques plus positives que par le passé, malgré la mise en examen des dirigeants de l’association. Plus de 300 élus locaux avaient déjà annoncé leur soutien à Emmanuel Macron lors du forum de juillet.