Podium, diadème, souvenirs de guerre : élections « Miss Shore » en Israël

“”Merci beaucoup, j’ai été impressionné, je n’ai pas de mots“Souffle à Mike prolongé par le mannequin élancé Serena Steinfeld, cheveux roux, robe dorée et lourd collier de perles. Le survivant de cette tuerie juive, né en Roumanie en 1935, sera couronné mardi soir de bas.”Miss Rive 2021« Aux neuf autres concurrents.

Depuis 2012, l’association caritative israélienne Yad Ezer La-Haver (“J’ai contacté un ami“En hébreu), j’espère pour ce nouveau concours de beauté.”Offrez aux survivants de l’Holocauste un peu d’enfance qui leur a été volée« Le fondateur de l’organisation, Simon Sabag, explique.

“”C’est très important. Nous les habillons, les construisons et en prenons soin.Placer au centre“, a-t-il déclaré à l’AFP.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Kukapalmon, enveloppé dans un châle gris aux couleurs de l’arc-en-ciel, a déclaré : “Jeune fille“. A 87 ans, elle vient de passer l’après-midi gâtée par un expert, et le trouve.”c’est dieu“.

Née en Roumanie, elle se cachait dans le sous-sol pendant la Seconde Guerre mondiale tandis que son père était jeté dans un train à destination du camp nazi. “”Il était un squelette quand il est revenu du convoi de la mort“Kuka se souvient avec une peau poudrée, tout comme des cheveux laqués foncés.”Quand il est rentré à la maison, je me suis enfui, j’ai dit : “Ce n’est pas mon père.” Il sautait sur la nourriture.J’étais effrayé“.

Pour cette survivante à voix basse, le concours Reine de Beauté au-delà des foulards en strass et miss est une opportunité. »Énorme“de”Pouvoir raconter (son) histoire au monde“.

Tour à tour sur le podium de la salle à Jérusalem, 10 athlètes sélectionnés par Yad Ezer en parleront brièvement. Certaines personnes ne veulent pas lâcher le microphone, tandis que d’autres perdent leur voix à cause des émotions.

Comme un concours de beauté régulier, les candidats sont “Paix mondiale“. Mais” mélodieReine de la danseLes mannequins israéliens et les jurys de femmes d’affaires dans ABBA, les écrans géants et les robes magnifiques flashy n’obscurcissent jamais l’Holocauste partout.

Tiares au-dessus de nos têtes, on parle de pogroms, de camps de travail, de famine, et de Josef Mengele, le médecin nazi d’Auschwitz.Ange de la mort“Pour ses expériences sur les exilés.

-Est-ce grotesque ou intéressant ? ??

Le concours Survivor, organisé des semaines avant le concours Miss Univers prévu en décembre à Eilat, dans le sud d’Israël, a été controversé dès le début. Certaines organisations pensaient que le génocide était trop grave pour être considéré.

Pour Colette Avital, présidente d’un groupe organisationnel israélien qui soutient les survivants, les femmes présentes à la convention souffrent de telles souffrances. “Écrit dans leur corps“, cette”Nous ne pouvons pas avoir un concours de beauté (pour eux)“.

“”C’est ridicule, c’est grotesque, c’est un manque de respect pour eux“, raconte-t-elle à l’AFP.

Marcelle Epstein, 80 ans, arrivée à la deuxième place, a refusé de critiquer et a déclaré : “Je suis content de voir ma grand-mère s’amuser“.

Arrivé en Israël en 1948, placé dans un orphelinat du sud de la France pendant la guerre, ce vibrant Marseillaise s’estime chanceux d’avoir échappé aux nazis.

“”J’ai jamais passé (du temps) comme les gens du camp“Quelques jours avant la compétition dans son appartement de Tel-Aviv, elle a avoué un octet frivole et dynamique. Ses parents et elle n’étaient pas au courant.”Ne pas“.

“”Mais même maintenant quand j’entends parler de l’Holocauste, ça me fait mal“, Elle a glissé.

Ravie d’être la première dauphine de Miss Shore, elle estime qu’au-delà de la simple beauté d’un octet, la compétition devrait toujours battre la candidate la plus âgée. ..

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

“”La fait se sentir comme une reine“, lance-t-elle en français avec des accents hébreux :”Combien de temps peut-elle encore vivre ?“”


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow de l’Institut Montaigne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.