Points clés du Dubai Airshow


OLe Dubai Airshow, qui se tient tous les deux ans et annulé pour Covid l’année dernière, n’a pas le statut du Paris Airshow ou de Londres. Néanmoins, cela est important en raison de la proximité d’acteurs majeurs du transport aérien tels qu’Emirates et Qatar Airways, et dans une moindre mesure Etihad Airways et Saudia. Ces entreprises ont profité de cet événement pour passer des commandes et dévoiler partiellement leurs stratégies pour les mois à venir.

Par conséquent, le président d’Emirates, Tim Clark, déplore : [du long-courrier B777-X, NDLR] En juin 2020. Personne ne sait s’ils réussiront. La société basée à Dubaï a commandé 115 avions et a été contrainte de remodeler de vieux avions économes en carburant. Cependant, Boeing a enregistré un contrat majeur avec la commande d’Akasa Airlines pour le 72 B737 MAX au salon aéronautique de Dubaï, qui se termine ce jeudi. Les futurs transporteurs low-cost indiens ont opté pour deux déclinaisons de la famille B737MAX, le B737-8 et le B737-8-200 de plus grande capacité, développés à la demande de Ryanair. Air Tanzania a également acquis deux 737-8, un 787-8 Dreamliner supplémentaire et un cargo 767-300F.

Surchauffe

Airbus ne semble pas jouer dans la même cour en affichant un score de 408 appareils (269 commandes et 139 engagements). Le meilleur deal a été signé par Indigo Partners LCC pour 255 appareils de la famille A321neo. Les sociétés de capital-investissement américaines sont spécialisées dans la création et le développement de compagnies aériennes à très bas prix. Nous finançons les compagnies aériennes Wizz Air (Hongrie), Frontier (USA), Volaris (Mexique) et JetSMART (Chili, Argentine). La plupart des avions que j’ai commandés sont des A321neo. Ce n’est pas anodin pour le terrain industriel d’Airbus.

Lire à nouveauAir France entame sa transformation avec le premier Airbus A220

A Hambourg, la chaîne de montage de l’A321 ne répond pas à la demande. Une autre unité de production a été créée à Toulouse, menaçant d’employer 500 personnes. A noter également que les 29 avions sont des A321XLR, une version étendue. Il s’agit d’une nouvelle orientation pour le transport aérien mondial, en lançant des routes long-courriers (comme les transatlantiques) qui proposent des avions moyen-courriers de petite capacité (moins de 200 sièges) à bas prix.

Nouveau cargo Airbus

Cette tendance se confirme dans le deuxième contrat Airbus dévoilé à Dubaï. Le prêteur, Air Lease Corporation, a signé un formulaire de consentement pour 111 avions. L’accord, qui sera finalisé dans les prochains mois, porte sur 25 A220-300, 55 A321neo, 20 A321XLR, 4 A330 Neo et 7 A350F.

Deux autres leçons peuvent être tirées de l’intention de la plus grande société de location au monde. L’apparition de l’A350F n’est pas facile. Il s’agit de la version cargo long-courrier de l’A350 à l’étude, rendue possible grâce aux commandes de clients de confiance. Dérivé de l’A350-1000, cet avion, plus précisément la version sunrise demandée par Qantas pour relier l’Australie sans escale à l’Europe ou aux États-Unis, a 106 tonnes de fret de plus que son concurrent Boeing 777F. Avec ce nouvel appareil, Airbus pensait rattraper Boeing et n’a pas pu déployer les versions cargo de l’A380 et de l’A330.

Aux termes de l’accord, il y a 25 A220-300 moyen-courriers, mais pas un seul A320 ou A319. Dans la mesure de l’avionneur, ceux-ci étaient édités par l’A220 (anciennement Bombardier C Series). Il est plus léger, plus efficace et moins polluant. Cela ne manquera pas d’affecter à terme les chaînes d’assemblage de Hambourg (A320 et A319) et Toulouse (A320).

Recyclage militaire

A plus petite échelle, la version militaire de l’A330 a confirmé le succès en commandant deux MRTT aux Emirats Arabes Unis, et l’Espagne a converti trois A330 ibériques en ravitailleurs et en transport de troupes. Après le Kazakhstan, l’Indonésie a commandé deux A400M, portant à dix le nombre de pays exploitant des cargos militaires.

ATR réaffirme son leadership sur le marché de l’aviation régionale avec 29 commandes et une nouvelle motorisation dévoilée au Dubai Airshow. Les avionneurs français et italiens assemblant des ATR à Toulouse ont aujourd’hui un beau jeu pour s’imposer comme un leader, même s’ils sont quasiment les seuls producteurs de turbopropulseurs de la région. .. Avec le lancement du nouveau moteur Pratt & Whitney Canada PW127XT, nous proposons une nouvelle génération de familles ATR historiquement plus performantes et moins polluantes.