Portrait de robot chauffeur Uber français


N.-É.Depuis l’ouverture d’une filiale française en 2011, Uber n’a pas été facile à déployer. Fondés dans 69 pays, les leaders des applications VTC ont dû faire face à la colère des chauffeurs de taxi, à de multiples obstacles réglementaires et à des conflits sur le statut des chauffeurs. Malgré tout cela, Uber s’est ouvert une place commode dans notre vie quotidienne. Pour célébrer le 10e anniversaire du service, né dans la Silicon Valley, Uber France a chargé le Harris Interactive Institute d’enquêter. Rapporté par N.-É.journal du dimanche Le 28 novembre, l’idée de mieux cerner le profil du conducteur.

Les profils et souhaits de 30 000 conducteurs actifs en France ont été identifiés et analysés. L’étude révèle que les conducteurs dont l’âge moyen est passé à 42 ans en 2021 (contre 39 ans en 2018) sont fidèles à leur entreprise.

Lire à nouveauMobilité urbaine – Repenser votre connexion à la voiture

Transparence bienvenue

« Ils sont plus engagés sur le long terme », précise Laureline Serieys, directrice générale de la filiale française, assurant qu’ils s’appuient sur 50 % d’entre eux qui utilisent la plateforme depuis plus de trois ans. Avant de tenir le volant sous l’acronyme Uber, 10 % étaient au chômage, mais en 2016 c’était 40 %. En matière d’indemnisation, le revenu mensuel moyen des chauffeurs Uber en France en 2019 était de 1 617 €, soit environ 42 personnes.Heures de travail par semaine, prendre le relais JDD..

Les tests pour devenir chauffeur VTC sont plus exigeants qu’avant, mais 80% des chauffeurs déclarent vouloir rester indépendants. “Depuis mon arrivée, j’ai rencontré des centaines de chauffeurs dans plusieurs villes de France. Le débat était parfois houleux, mais personne ne m’a dit que je voulais être salariée”, a expliqué Laureline Serieys. .. JDD.. La compagnie maritime est fière d’avoir touché 5 millions de clients français avant la crise sanitaire, dont 52% de femmes.