Portugal : 13 joueurs de Belenenses positifs pour la première variante Omicron du pays

Treize cas de Covid-19 identifiés comme des footballeurs du club portugais Belenenses SAD n’ont pas réussi à se défendre suffisamment contre Benfica samedi, mais ont été les premiers au Portugal à être “liés” à la variante Omicron du coronavirus, a-t-on annoncé lundi. Institut national de la santé (Insa).

“Les tests préliminaires menés par l’Insa suggèrent fortement que les 13 cas associés aux joueurs de Belenenses SAD sont liés à la variante inquiète Omicron”, a déclaré une agence publique dans un communiqué, ajoutant que l’un d’entre eux s’était récemment rendu en Afrique du Sud.

La mise en scène du 12e match de Ligue portugaise entre les deux clubs lisboètes a suscité une vive polémique. La rencontre n’a été interrompue qu’en début de seconde période, lorsque l’équipe Belenenses SAD a été réduite à six. Benfica mène 7-0. Formée après s’être séparée d’un club historique du quartier de Belem, l’équipe professionnelle a été touchée par plus de 20 cas de Covid entre son effectif et la direction et a pu entamer une rencontre avec neuf joueurs. A déménagé le gardien de 20 ans en tant qu’attaquant.

“Page noire du football portugais”

Après la pause, seuls sept joueurs de Belenenses ont eu le courage de regagner le terrain, mais après que l’un d’eux se soit blessé, l’arbitre a sifflé la fin du match selon les règles lorsque l’équipe a été réduite à six rizières.

A la fin du match, le président de Belenenses SAD Louis Pedro Soares lui a assuré qu’il avait demandé à la Ligue portugaise de reporter la rencontre. Selon lui, la rencontre pouvait débuter avec au moins huit joueurs et le club était ouvert au public. S’il est confisqué, il sera lui-même sanctionné. Des responsables de la Ligue cités dans les médias locaux ont confirmé qu’ils avaient été en contact avec le président Belenenses par téléphone, mais il a déclaré que l’instance n’avait pas reçu de “demande formelle” de report du match.

“C’est la page noire du football portugais, mais Benfica n’en est pas responsable”, a répondu le président de Benfica, Louis Costa. “Honte” titrait dimanche le quotidien sportif A Bola, présumant que le grand public avait participé à “un match qui n’aurait jamais dû être joué”, et un autre grand record du quotidien sportif portugais est National Football.