“Pourquoi la France ne les a-t-elle pas arrêtés ?” : Le drame de la chaîne vu d’Angleterre

Paris et Londres sont aux prises avec des immigrés clandestins depuis de nombreuses années. Faites défiler le drame en arrière-plan. Dernier mercredi : 27 personnes ont été tuées en tentant de rejoindre l’Angleterre sur une chaîne depuis la France. Le bilan est très lourd et n’a pas été vu depuis trois ans. Parmi les victimes figurent 17 hommes, 7 femmes et 3 “jeunes” passagers qui semblent être mineurs. Seuls deux survivants, l’Irak et la Somalie. Cette tragédie était, hélas, prévisible. Le nombre d’intersections n’a jamais été aussi élevé depuis le début de cette année. Les records sont tombés le 11 novembre, avec 1 185 personnes arrivées sur le sol britannique en une journée.

Après la tragédie, les critiques ont rapidement fusionné. « Nous avons eu du mal à convaincre certains partenaires, notamment les Français, d’agir au cas par cas. Il est maintenant temps de renforcer nos efforts, de coopérer et de mettre fin à nos activités de gangs. Il est temps de tout faire pour. passeur de meurtre ” a chuchoté le Premier ministre britannique Boris Johnson et s’est ” rebellé “. Certains médias anglophones sont encore plus directs.

Lire aussi >> Immigrés : pourquoi la traversée de la Manche est-elle plus importante ?

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Gratuit tous les jours Métro Soulignant la responsabilité des autorités françaises : « Pourquoi la France ne les a-t-elle pas arrêtés ? En arrière-plan, une photo d’un immigrant à bord sous la surveillance d’une patrouille de police.

Papier tabloïd toxique soleil La même photo et le titre du mot “honteux”. “Les policiers français étaient paresseux à regarder les radeaux d’immigrants se diriger vers la Grande-Bretagne”, écrit-il. “Parce que la Grande-Bretagne leur a payé 54 millions de livres sterling, la France doit envoyer une armée de policiers pour les enfermer”, poursuit-il franchement chaque jour.

N.-É. Courrier quotidien pas seulement, Express quotidien En guise d’avertissement à la France et à son président Emmanuel Macron, nous réformons la formulation utilisée par Boris Johnson et l’intitulé. “Vous faites échapper des passeurs à ces meurtres.” Couverture : Même image que les autres. Le message est clair.

“Je suis sûr qu’il y aura une autre tragédie.”

Cependant, le reste de la presse anglophone est plus mesuré. N.-É. Le Daily Telegraph, indépendant ou Gardien Tous les gros titres sur les terribles dégâts humains, calmement. N.-É. Gardien L’attention est portée sur la folie d’un total de 25 700 personnes qui ont tenté de traverser la mer qui sépare jusqu’à présent les deux pays. Trois fois le total en 2020. “Chaque mort sur la chaîne est une tragédie humaine”, rappelle-t-elle. Indépendant..

Ces journaux appellent les deux pays à mieux coopérer sur les questions d’immigration. “Tant que la crise des petits navires existe, les deux parties se sont blâmées mutuellement, et lorsque la promesse de mettre fin à une telle traversée s’est accompagnée d’une inévitable querelle pour savoir qui manquait, c’était différent la semaine dernière. Il n’y en avait pas. Son devoir ” condamne en particulier Télégraphe.. “Si la Grande-Bretagne et la France ne peuvent établir avec confiance et efficacité une relation efficace au carrefour des petits bateaux, il y aura sûrement d’autres tragédies”, souligne-t-il encore.

économiste Cependant, il a écrit qu’il “mettait en garde” sur la situation de Boris Johnson, qui “a promis de” reprendre le contrôle “de la frontière britannique et a fait campagne pour le Brexit”. « Près de 60 % des électeurs conservateurs disent que l’immigration ou l’asile est l’un des trois problèmes majeurs auxquels le pays est confronté. Près de 80 % ont mal géré le problème par le gouvernement. « Nous disons », continue d’analyser l’hebdomadaire.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

La menace se fait sentir sur l’aile droite du Premier ministre. Plus tôt cette semaine, Nigel Farage, fondateur et leader populiste du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) en 1993, a déclaré que la crise de l’immigration pourrait le libérer de sa retraite. Ce printemps, un homme du Brexit a annoncé qu’il mettrait un terme à sa vie politique.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski