Président 2022 : Edouard Philippe atteint d’une course en droitier LR


Edouard Philippe goûte à peine les thèmes repris par ses anciens amis lors du débat. mardi 23 novembre Le FigaroL’ancien Premier ministre a regretté que le candidat LR à la présidentielle “réduit tout débat public” sur les questions d’immigration et de sécurité. « Il est clair que l’immigration et la sécurité sont des enjeux graves et suscitent une certaine forme d’inquiétude et de peur. De là, à réduire tout débat public sur ces sujets, je le fais. Je refuse », a-t-il accusé de lui-même l’ancien chef du gouvernement. la droite.Il pensait que c’était “de luxe” […] Cette capacité de LR à présenter un ensemble de mesures qui seront appliquées immédiatement, sans regarder le long terme ou le contexte international. »

Citant les propos de l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui estime que la crise de l’immigration n’a pas commencé, l’ancien Premier ministre a déclaré : « A moins que nous ne parlions de ces mesures fondamentales et de la manière dont nous les prenons de front. bulles.” Pour Edouard Philippe, qui vient de créer son propre parti baptisé Horizons et soutiendra Emmanuel Macron en 2022, “LR manque de cette profondeur de champ”.

Lire à nouveauMichael Richard-Primary LR, fin forte !

Eric Zemmour “Surchauffe”

“Aujourd’hui, il y a cinq candidats qui veulent arbitrer leurs ambitions auprès de 150 000 personnes et donner l’impression qu’ils sont en compétition pour les personnes les plus agressives et les plus spontanées d’extrême droite”, dit-il. 1 approche de réunion LReuh Jusqu’au 4 décembre, qui doit se départager parmi les cinq candidats courant de la droite en 2022. “Il suffisait de montrer ma volonté comme pour régler le problème. Tous les Français savent bien que c’est bien plus compliqué que cela”, ajoute-t-il.

Pour lui, “à l’exception d’Eric Chiotti, qui est le plus cohérent et le plus immuable, les autres candidats investis par le Parlement LR vont recentrer son discours assez rapidement. Je respecte beaucoup de candidats LR à la primaire”, et je sais qu’ils aiment France de tout leur cœur. Mais je ne me reconnais plus dans certaines de leurs suggestions et choix. Ils ont soutenu l’opposition systématique », a-t-il ajouté. Enfin, il “surchauffe” la polémique d’extrême droite Eric Zemmour et pense “Je n’ai pas vu les Français confier le sort du pays à quelqu’un qui est le nouveau visage de l’ancien instinct”.

Lire à nouveauL’antidote d’Eric Zemmour, Laurent Wauquier ?