Président 2022 : Edouard Philippe critique LR et passe au peigne fin la droite et le centre d’Emmanuel Macron

Fondé par son parti, Edouard Philippe souhaite désormais recruter… idéalement dans son ancien camp.de Entretien avec le FigaroL’ancien Premier ministre a limogé les Républicains qui en étaient membres avant de rentrer à Matignon et a vivement critiqué les candidats à la Primaire. “Ce qui me paraît extravagant, c’est cette capacité de LR à présenter un ensemble de mesures qui seront appliquées immédiatement, sans regarder la situation à long terme ou internationale”, déplore-t-il.

Au milieu des bottines, l’ancien Premier ministre semble vouloir s’inscrire sur le côté droit, gardant un pied au centre. “Cinq candidats (à la primaire républicaine) donnent l’impression d’une course (…) à l’extrême droite, pour les plus positifs et les plus volontaires”, déplore l’actuel maire du Havre… “Pourquoi cela a l’impression qu’à l’exception d’Eric Chiotti, qui est le plus cohérent et le plus constant, les autres candidats investis par le Congrès LR vont se concentrer assez rapidement sur son discours. C’est…” estime-t-il.

Interrogé sur l’entêtement des républicains sur les questions d’immigration et de sécurité, l’ancien Premier ministre se montre critique. “Il est clair que l’immigration et la sécurité sont des enjeux graves et suscitent une certaine forme d’inquiétude et de peur. A partir de là, je refuse de réduire tout débat public sur ces sujets.” Et l’ancien Premier ministre déplore que “LR manque (a) de profondeur de champ ” sur ces sujets. “Les candidats LR ont adopté le ton qu’ils critiquaient jusqu’à récemment”, a-t-il également cité Xavier Bertrand et déploré avoir quitté le parti puis être revenu dans le parti pour se présenter à la Primaire.

« Je ne me reconnais plus dans leurs suggestions.

Quand les Républicains “il y a plus de cinq ans”, “plus de quatre millions d’électeurs de droite et du centre se prononçaient sur des choix programmatiques”, Edouard Philippe a profité de l’espace laissé libre. Je veux le pousser. L’an prochain, Horizons, un nouveau parti en faveur d’Emmanuel Macron (et intégrant la majorité de la « maison commune »).

“Je respecte beaucoup de ce candidat à la primaire LR et sais qu’ils aiment la France de tout leur cœur, mais je ne me reconnais plus avec certaines de leurs suggestions et choix. Non”, l’ancien Premier ministre a accusé “l’opposition systématique”.

Et de lancer : “Je souhaite clairement la bienvenue à toute personne qui vient de la droite et du centre et qui veut servir son pays au-delà des vieux appareils !”