Président 2022 : “Naïf et paresse”, Bertland s’en prend au bilan d’anxiété de Macron

Le candidat à la présidentielle LR Xavier Bertrand a accusé lundi Gérald Darmanin d'”aller à la limite” et Emmanuel Macron d’être dans un “camp lâche” dans la lutte contre l’anxiété. “Gouvernement, M. Macron, ils sont dans un camp lâche”, a-t-il plaidé contre M. Interbertland de France, les accusant de “naïveté”.

“Il y a un camp paresseux d’un côté, et le camp radical ne proposera jamais de solution légère”, a-t-il soutenu. Et “Je dis ça à tous les membres du gouvernement. En réalité, il y a une sorte d’accord entre paresseux et extrémistes. Ce sont des alliés. Le second tour de l’élection présidentielle”, dit-il à la rizière.

Tension Bertrand / Dalmanin

A l’inverse, il fait valoir qu'”elle incarne les droits républicains” et “il n’y a qu’un droit fort pour reprendre confiance et empêcher la montée du radicalisme”, argumente-t-il, sécurité dans le débat LR, expliquant la place écrasante de la thématique de l’immigration. Car « c’est un préalable à la reconstruction de notre pays ».

“Si on ne met pas fin à la tourmente, il n’y aura pas de redressement du pays et pas de réconciliation des Français”, a déclaré la présidente Aude de Do, “je veux vivre dans la paix et la sécurité”. région France. Ainsi, il a répondu au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, exclu du Parti républicain en 2017 avant de rejoindre LREM. Il a présumé que LR n’était “plus un parti” samedi et les a critiqués comme “extrêmement confiants”.

Ce proche de Xavier Bertrand reprochait à ses anciens membres du parti de parier leurs pas “sur les pas d’extrême droite, pas sur les pas de leur père”.