Présidente : Marine Le Pen, la percée de Valérie Pécrès identifiée dans notre enquête, menaçait le second tour

Une simple « bulle » suite à une victoire à la Primaire LR ou le début d’une tendance à long terme ? S’il est impossible de répondre à cette question et de prédire la suite, Valérie Pécrès est sans doute en train d’ouvrir une percée dans les sondages qui entendent voter pour la présidentielle.

Le président de la région Il de France, qui a été désigné candidat des Républicains par les députés samedi, obtiendra 16 % des voix (plus ou moins 2,6 points, marge d’erreur) si le premier tour de l’élection présidentielle a lieu. D’après un vote d’Ipsos Sopra Steria en France et France Information du Parisien/Aujourd’hui, il sera placé ce dimanche. C’est quatre points de plus que dans le précédent sondage, où Xavier Bertrand était le candidat tête de liste du parti de droite il y a deux mois.

Un ou plusieurs “bons candidats” pour deux macronistes

Un tel score placerait le président de la région Ile-de-France à la deuxième place après Emmanuel Macron, lié à Marine Le Pen. Ainsi, cette étude montre que les candidats LR peuvent se qualifier pour le second tour.

Eric Zemmour a été rétrogradé à la 4e place (14% des voix). Le côté gauche est dispersé parmi de nombreux candidats et culmine à des niveaux bas. 7% de la volonté de voter de Yannick Jado, 8% de Jean-Luc Melenchon, 5% d’Hidalgo (s’exprimant également à TF1 mercredi soir).

Dans le détail, 49 % des électeurs qui ont voté pour François Fillon en 2017, 8 % des électeurs qui ont voté pour Emmanuel Macron, et 3 % des électeurs qui ont choisi Marine Nurpen sont désormais dans l’urne de Valérie Pecres. A noter que la majorité des chefs d’Etat votants cette année estime que la présidente de la région Ile-de-France est une bonne candidate (15 % la jugent même “très bonne”).

Enfin, plus d’un tiers des sondages estiment qu’elle est la meilleure représentation de l’idée de droits. Mais Emmanuel Macron est derrière elle (28%). C’est un signe que celui qui a battu Eric Chiotti en Primaire LR a fort à faire pour se démarquer.

“Les sondages publics vont et viennent”

D’autres sondages publiés récemment ont également montré un mouvement dynamique en faveur de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, mais c’est encore plus frappant. Par exemple, selon Elabe de BFMTV, elle obtient 20 % des voix (avec une erreur de plus ou moins 3 points). Il s’agit d’un bond de 11 points en seulement deux semaines.

“Les sondages publics vont et viennent, mais ce qui est intéressant, c’est que je sens qu’il y a une volonté de formation dans le pays, une formation concrète avec des solutions pour le pays.”

1 500 adultes représentatifs de la population française ont été interrogés par Ipsos SopraSteria sur Internet du lundi au mercredi matin. Seule une personne sur deux se déclarant certaine de voter, soit environ une sur deux, a été incluse dans les résultats. Par conséquent, ces scores peuvent changer au fur et à mesure que la campagne progresse.

D’ailleurs, il n’est pas surprenant d’obtenir quelques points dans le vote après avoir remporté la primaire. Et un tel phénomène doit être interprété avec prudence. Trois jours après avoir battu Manuel Valls fin janvier 2017, l’ancien adjudant socialiste Benoit Amon a obtenu 16% de sa volonté de voter dans les sondages “Les Echos” et la radio classique Elabe. Il n’obtient que 6,4% au premier tour du 23 avril 2017.