Primaire de gauche proposée par Hidalgo : “Ce n’est pas un choix d’écologiste”, réplique Yannick Jadot.

La réponse est claire. Yannick Jadot ne se lancera pas dans une nouvelle primaire pour obtenir une place de candidat de gauche unifiée. Comme prévu, le candidat écologiste à la présidentielle a rejeté l’idée proposée par Arnaud Montebourg mercredi matin sur Europe 1 ce jeudi matin et l’a défendue par Anne Hidalgo quelques heures plus tard. “Elle fait attention au blocage de sa candidature”, a-t-il travaillé sur Jadot, ajoutant que cette nouvelle primaire à gauche n’est “pas un choix d’écologiste”. (…) Puisque l’élection aura lieu dans quatre mois et demi, nous ne participerons pas à la primaire de gauche. Vous devez le prendre un peu au sérieux. “

Mercredi soir, sur TF1 20 heures, le maire de Paris PS compte déjà 500 parrainages à gauche et propose de départager sept candidats pour disperser le vote dans son monde. « Organisons la primaire de gauche où les candidats qui veulent gouverner ensemble participeront à cette primaire », a-t-elle lancé, « cette gauche brisée qui désespère beaucoup de nos concitoyens est ensemble. Doit régner.

La séquence politique de la semaine dernière -participation à la campagne d’Eric Zemmour et désignation de Valérie Pécrès comme candidate des Républicains-est une note à droite, comme en témoigne un sondage à Paris ce jeudi matin. Et la campagne des candidats du Parti socialiste peine à décoller, avec seulement 4 à 5 % des suffrages exprimés.

Yannick Jado avait déjà rejeté l’idée du premier tour dans la matinée après que Montebourg a tendu la main. “La politique est basée sur des dynamiques, pas sur des accords de sauvetage”, a-t-il défendu.

Jean-Luc Melenchon a également refusé dans la voix d’Eric Cochrel. “Notre syndicat, ça a déjà été proposé pour des candidats, des programmes, et des stratégies syndicales populaires”, a affirmé le député LFI.