“Priorités stratégiques” pour l’Afrique, le Maroc et la France


N.-É.La France a “l’ambition” de travailler avec le Maroc pour renforcer sa présence économique en Afrique, a déclaré mardi à Rabat le ministre français des Affaires étrangères Franck Riester, citant des “priorités stratégiques”. “Il y a un problème d’ambition commune (avec le Maroc) pour s’étendre en Afrique”, a déclaré Lee Star après une visite de 48 heures au Royaume de Sherryfian. L’ambition était perçue comme une “priorité” à une époque où “la France et l’Europe réfléchissent à l’autonomie stratégique” et “repensent le transfert de pans de la chaîne de valeur, notamment de l’Asie vers les pays voisins”… Mer Méditerranée.

Lire à nouveau« Le Maroc peut avoir des projets collectifs ambitieux et réalistes »

“Cette contingence et cette convergence de notre stratégie suggèrent un partenariat potentiel dans l’avenir”, a souligné le ministre français. Il a spécifiquement mentionné la décarbonisation, l’innovation, les énergies renouvelables et les nouvelles technologies, les transports et les aliments agricoles. Rabat a intensifié son comportement diplomatique ces dernières années pour renforcer sa présence économique en Afrique, mais les échanges avec les pays africains restent faibles, selon un rapport officiel publié en 2020.

Lire à nouveauAbdel Marek Alaui : « Le Maroc des clubs candidats à la comparution »

Avec le gouvernement et les entreprises

Au cours de son voyage, M. Lee Star a rencontré la ministre marocaine de l’Économie et des Finances, Nadia Fetta Alaui, ainsi que des employeurs marocains et des membres de la communauté d’affaires française. Près de 1 000 entreprises françaises se sont implantées au Maroc pour un investissement total de plus de 10 milliards d’euros.

Par ailleurs, le patron marocain a appelé le ministre français à renforcer les conditions d’obtention d’un visa pour les habitants du royaume concernant la décision à Paris. Des mesures accusées d'”injustice” par Rabat. Fin septembre, la France a décidé de réduire le nombre de visas accordés aux citoyens marocains, algériens et tunisiens car ils ont “refusé” la délivrance des laissez-passer consulaires nécessaires au retour des migrants de retour de France. “Nous devons arriver le plus tôt possible, comme dans le cas du peuple marocain, qui est en situation irrégulière de la France au Maroc, avant le Covid”, a plaidé M. Lee Star. “Nous avons vraiment informé les autorités marocaines de cette préoccupation. Pour surmonter cette situation, nous devons obtenir des résultats le plus rapidement possible”, a-t-il déclaré.

Lire à nouveauMaroc : « Derrière l’affaire des visas, la mini guerre froide »