Pronom “iel” : Quand Le Robert se veut “inclusif”


N.-É.e Robert, dictionnaire de référence créé en 1951, prend-il l’ordre « éveillé » ? En tout cas, cela suggère qu’en octobre, le néopronom personnel complet “iel” (disponible pour “iels”, “ielle” ou “ielles”) a été intégré dans la version en ligne. « Non-binaire » ou « iel », utilisé par des locuteurs qui ne sont ni hommes ni femmes, est utilisé pour « évoquer des personnes de tous les genres » et définir un dictionnaire.

Une entrée qui a fait sursauter certains politiciens obsédés par le français. Parmi eux, François Jolivet, adjudant de LREM et ardent opposant à l’écriture compréhensive, emmené par un projet de loi contre son utilisation dans les services publics. Un élu d’Indore, auteur de la lettre ouverte accrocheuse de l’Académie française publiée sur Twitter ce mardi, a critiqué “une évidente intrusion idéologique qui sape notre langue commune et son influence”. « NS[-t-elle] Avez-vous discuté de ce sujet ? “”

Une position rapidement endossée par le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blankel sur le même réseau social. “L’écriture globale n’est pas l’avenir du français. Nos élèves sont en train d’intégrer des savoirs de base, mais on ne le voit pas”, a-t-il insisté, mais le gouvernement a indiqué en février 2019. Depuis, la communication est interdite via Edouard Philippe.

Règles d’utilisation

« Nous participons à un concours de repine pour une écriture compréhensive, épelant les auto-entrepreneurs ! Mais le comité de rédaction du dictionnaire est garant de quelque chose de plus grand que lui, et voici une réserve. Et ne peut pas remplir ses obligations neutres », a déclaré ce mercredi . point, Représentation de la majorité. “Il y a des hypothèses sur la saisie de mots dans un dictionnaire, et elles y sont largement utilisées. Il n’y a que quelques exemples de” iel “…” a-t-il rappelé.

Et pour cause, c’est un usage qui justifie théoriquement l’entrée de nouveaux termes dans le dictionnaire. Cependant, celui du portemanteau (abréviation de « il » et « elle ») est encore réservé aux seuls mots écrits et reste très limité. Inutile de dire que les Français sont peu d’accord avec l’écriture inclusive. Sondage en mars 2021 (Ifop pour Express) fait remarquer que seulement un peu plus de la moitié (58 %) d’entre eux connaissent cette pratique. Et seulement 37% d’entre eux ont approuvé son utilisation.

Lire à nouveauSébastien LeFol-Lettre aux Français pour “choquer” la langue

La version de Le Robert du secrétaire a également permis l’utilisation du terme “encore relativement faible” dans un communiqué publié mercredi sur le site du dictionnaire. Mais il lui assure que “les bibliothécaires Robert depuis quelques mois” ont remarqué qu’il est de plus en plus employé. Et rappelez-vous. “La mission de Robert est d’observer et d’expliquer l’évolution de la langue française dynamique et diversifiée.”

“Certaines personnes n’ont aucun malaise. Le Robert n’a soudainement pas été affecté par le” mot opaque “aigue” wokisme. ” [pas encore défini, NDLR], On vous promet une définition bientôt”, a-t-il lancé à ses détracteurs comme un snab. Il n’en demeure pas moins que le nom commun « wokisme » est moins problématique pour l’utilisateur que le pronom personnel, dont le problème de consensus grammatical reste entier. Et quelle définition de Robert ne nous éclaire pas davantage…

Lire à nouveauAlain Borer : « Une description complète est un code exclusif »