Qui est Charles Gabe, le milliardaire qui a lâché Zemmour ?

Support de poids en vrac Eric Zemmour. Le financier Charles Gabe, qui avait accordé aux polémiques un prêt de 300 000 € fin septembre, s’est retiré de sa campagne informelle à l’élection présidentielle. Un départ difficile à quelques jours de la présumée déclaration de candidature d’Eric Zemmour.

Le soutien de Charles Gave, millionnaire proche du réseau identitaire, a été particulièrement symbolique. Cela a permis à Zemmour de demander de l’aide et d’asseoir sa crédibilité. Mais Gave estime désormais que les anciens chroniqueurs “n’ont plus besoin” de lui. “C’est un grand garçon. Maintenant, il est à 17% dans les sondages.” Il a dit à BFMTV.. Néanmoins, début juillet, le milliardaire déclarait : match parisien A propos de Zemmour : “Sa campagne ne coûte pas cher. Lancer une chaîne YouTube depuis la Russie pour éliminer les collines, les bandits et ce haut fonctionnaire.”

Né en Syrie, fils d’officier

Charles Gabe, entrepreneur, essayiste, imaginaire identitaire, euroceptique et ultralibéral, a 78 ans. Né à Alep en Syrie en 1943, il est le fils de Mary Claire Scheffler, la fille du gouverneur du territoire syrien pendant le mandat français, et de Pierre Edouard Gabe, le commandant de l’armée française. Après la bataille de Syrie en 1941, le père de Gave rejoint la France Libre. Il est absent et condamné à mort par l’administration de Vichy.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Charles Gave a étudié à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Toulouse et a obtenu son diplôme en 1967. Il est titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies en Economie (actuellement équivalent à un Master) et d’un MBA en Finance (Master of Business Administration). Et le management. Il a débuté sa carrière à la Banque Indosuez, héritière de la Banque d’Indochine et de la Banque de Suez, qui fait désormais partie du groupe Crédit Agricole. À l’âge de 30 ans, il a démarré sa première entreprise dans la recherche financière. Au fil du temps, il se spécialise dans la recherche et le conseil en investissement.

Charles Gabe a quitté la France pour Londres lors des élections de 1981 à François Mitterrand. Tous les jours en Suisse conditions météorologiques Ce n’était pas pour des “raisons financières”, mais pour l’entrée des communistes au gouvernement. Donc, selon lui, “pour l’idéalisme qui a encore tué 100 millions de personnes”. Il a fondé une société de gestion d’actifs avec son fils à Londres, puis une société de recherche et de conseil en gestion de portefeuille. Ce dernier, Gavekal Research, a ensuite été transféré à Hong Kong pour s’occuper de la gestion d’actifs et de l’information financière. Son expertise est reconnue dans le monde des affaires.

“Faillite” des paradis fiscaux et des euros

Cependant, Charles Gabe s’enrichit, notamment en tant qu’associé de plusieurs fonds d’investissement et membre du conseil d’administration. Il est impossible d’évaluer avec précision sa propriété, mais ce « praticien convaincu des paradis fiscaux » est selon LibérationDétient des milliers voire des centaines de millions d’euros. Depuis les années 2000, des millionnaires ont également signé plusieurs essais économiques, annonçant notamment la “faillite” de l’euro et la fin de l’Etat-providence.

En 2012, il fonde l’Institut des Libertés à Paris. Il s’agit d’un think tank super libéral visant à former les jeunes au libéralisme. De retour en France en 2015, Charles Grave a investi dans les idées, les médias et le sport, affirmant qu’il “a l’ambition de donner du poids à ses revendications d’extrémistes, de libéraux, de conservateurs et d’identités”. Libération Courant septembre. De 2018 à 2019, il a soutenu la candidature de Nicolas Dupont-Ignan aux élections européennes et figure sur la liste française. Avec sa fille Emmanuel.selon conditions météorologiquesAprès cela, il combat le “pour le Bruxit” de la France, “c’est-à-dire le retrait de la bureaucratie bruxelloise de l’Union européenne”.

C’est probablement l’engagement euroceptique de Charles Gabe qui a déclenché son départ de la campagne non déclarée d’Eric Zemmour. Les entrepreneurs nous assurent qu’il ne s’agit pas de “désaccords”. Cependant, le programme économique de Zemmour, qui est libéral mais défend la position de la France dans l’UE, “offense Charles Gabe, qui milite lui-même pour une sortie de l’euro”, souligne BFMTV.

Histoire d’argent

De plus, D’après la lettre ALes prêts prêtés à la Société d’amitié d’Eric Zemmour fin septembre ne peuvent être affectés à la présidentielle. En effet, le prêt aux personnes physiques doit s’adresser aux partis et non aux candidats. “Ce sont 300.000 € à risque qu’on ne reverra jamais”, estiment les proches de Charles Gabe. Dans le quartier point..

Enfin, le départ de Charles Gave a sans doute pesé sur des enjeux plus personnels. Sa fille, Emmanuel, accuse les deux proches de la campagne, Eric Tegner et Garen Schnorhokian, d’avoir commis des centaines d’euros de fraude en 2019. Le premier est le directeur éditorial de Blackbook Video Media, Zemmour a accordé une de ses premières longues interviews, et le second est membre de la Friends Society d’Eric Zemmour. selon LibérationLe clan Gave a exigé le retrait de deux hommes, amis de la conseillère de Zemmour, Sarah Knafo. Par conséquent, leur demande a été rejetée.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

En tout cas, le retrait de Charles Gabe pose la question du financement de la probable campagne d’Eric Zemmour. Début octobre, Estimation chroniqueur de BFMTV Le total était de 8 millions d’euros, ce qui était nécessaire pour “rattraper son retard”.


avis

Chronique

Rapide! Rapide! Il faut blâmer, justifier, exiger encore une autre loi, imposer au nom du bien et critiquer Abnus Charmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin