Réduire l’éolien en évaluant mieux l’impact de l’éolien sur la biodiversité

Les Français devraient consommer plus d’électricité d’ici 2050. Pour répondre à cette demande, les gestionnaires du réseau électrique de RTE ont calculé que les énergies renouvelables, dont l’éolien onshore et offshore, devront être fortement développées.

Cependant, l’essor des parcs éoliens soulève une opposition aux problèmes esthétiques, au bruit ou aux impacts potentiels sur les animaux terrestres, les oiseaux, les chauves-souris ou les animaux marins au stade de la construction.

Pour les éoliennes, “Impact sur la biodiversité que nous devons gérer« Lors du séminaire de la Fédération pour la conservation des oiseaux (LPO) à Paris mercredi et jeudi, Nicolas Wolff, président de France Energie Eolienne (FFE), qui organise la filière française, a été salué.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

La première réponse est “Planifier le développement de l’énergie éolienne pour protéger les zones importantes pour les oiseaux et les chauves-souris« Je plaide auprès d’Allain Bougrain-Dubourg, président de LPO.

-La migration s’arrêtera-

“”Les éoliennes sont une source de mortalité très inégale“Selon où ils se trouvent”, explique à l’AFP Geoffroy Marx, responsable des programmes énergies renouvelables et biodiversité à la LPO.

Le gouvernement a récemment demandé à la province de cartographier les zones propices à l’installation d’éoliennes, le premier retour étant attendu fin novembre.

Pour les oiseaux migrateurs, voir “Il y a un problème si l’éolienne est installée à proximité de la zone de transit de migration« Il met en valeur Jeffroy Marx encore plus que le couloir migratoire, qui peut être très large.

Pour lui, les projets les plus problématiques sont souvent les plus anciens, dont certains se situent en zone Natura 2000. EDF a donc été accusé par le tribunal d’avoir détruit l’espèce protégée Crécerelle dans le parc d’Omeras (Ero). années 2000.

Les chercheurs travaillent à mieux comprendre les causes de la mort des oiseaux dans les parcs éoliens terrestres et à mesurer l’efficacité des méthodes de détection et d’horreur des oiseaux dans le cadre du programme MAPE.

“”Jusqu’à présent, il était évalué avec les doigts mouillés“Je tiens à expliquer à l’AFP Olivier Duriez, maître de conférences à l’université de Montpellier.Évaluer la surmortalité causée par les éoliennes depuis plus de 30 ans“Certaines personnes connaissent différentes sortes d’oiseaux.”Les graines ne peuvent être menacées qu’une fois par an“.

–Hoquet–

Pour éviter les collisions, les parcs éoliens peuvent être équipés de caméras et de radars. Dans certains cas, les humains peuvent agir comme des sentinelles. Cela inclut les dispositifs de déclenchement qui effraient le son et la vue, ou les lames d’arrêt.

Mais il y a quelques problèmes : “L’évaluation de la caméra se fait dans des conditions optimales« Les conditions météorologiques peuvent permettre à la pluie et aux nuages ​​d’affecter leur fonction », explique la boursière postdoctorale Sophie DuPont.

Peur “Relativement inefficace dans le temps“Parce que les oiseaux y sont habitués”, poursuit-elle.Le temps d’arrêt de la turbine est très long« : Les oiseaux ne sont souvent pas détectés à une distance suffisante pour éviter une collision », ajoute Olivier Duriez.

Les éoliennes en mer suscitent de plus en plus d’inquiétudes. Les LPO s’interrogent sur l’impact cumulatif des éoliennes en mer sur les oiseaux migrateurs si le projet se développe le long de la route.

Des pêcheurs normands et bretons ont exprimé leur mécontentement. En Méditerranée, les opposants réclament un report de l’attribution des deux premières éoliennes flottantes à partir de l’année prochaine.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Le Conseil national pour la conservation de la nature (CNPN) va dans le même sens.Notre connaissance de l’impact potentiel reste très partielle“. Il recommande”Appliquer un moratoire sur la mise en œuvre du projet, au moins pour donner du temps aux recherches en cours (nouvel appel d’offres)“.


avis

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton

Journal libéral

"Si ce n'est pas faux quand de nombreux économistes prestigieux viennent dire que c'est le bon moment pour emprunter aujourd'hui, ils s'expliquent pour la mauvaise raison."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

"Au contraire, la diabolisation n'a pas retardé la montée continue des voix du Rassemblement national, devenu le Rassemblement national."Cela me rappelle Abnousse Shalmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo