Renaud Muselier annonce son retrait du Parti Les Républicains : “J’ai la nausée là-bas”

C’est l’enchaînement politique que les Républicains auraient bien fait avec la démarche parlementaire LR de désigner des candidats du 1er au 4 décembre. Cela a commencé mardi : le président régional LR Pacarno Musurier a soutenu Xavier Bertrand dans une course à l’investiture présidentielle. “Je fais un choix personnel. Pour soutenir Xavier Bertrand, qui a l’expérience nécessaire et est un bon président de région”, a expliqué Renaud Muselier dans une tribune. Jambon-beur..

Pourtant, dans cette interview, Renaud Muselier s’en est aussi fortement pris à Eric Ciotti, l’un des cinq candidats à la conférence LR. L’adjudant des Alpes-Maritimes a assuré que “le talent pour signaler l’extrême droite” et “c’est un faux nez” que Renaud Muselier a découpé sur Twitter par Xavier Bertrand. “Renaud Muselier a choisi de m’apporter son soutien, mais je n’en accepte pas les termes. Ses attaques contre Eric Chiotti et David Listeneral sont inacceptables”, a répondu Xavier Bertrand.

Renaud Muselier : “Je quitte le Parti républicain, c’est très réfléchi.”

La séquence s’est poursuivie ce mercredi matin. Renaud Muselier a annoncé ce mercredi matin sur LCI son départ du Parti républicain. « Lourde » est une décision « très réfléchie ». “Je ne m’y sens pas bien. C’est dommage car c’est la fin d’une belle histoire. Je dois beaucoup à mon homme politique”, a expliqué le président de la région Paca.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“C’est un moment important, mais je ne m’y retrouve pas” car “j’ai combattu le Front national toute ma vie” et aujourd’hui “La question est simple : notre porosité à l’extrême droite Qu’est-ce que c’est ? La question n’est pas Clair, tout, “Je raconte les idées de Zemmour au sein de la LR”, a déclaré Renaud Muselier, qui a une nouvelle fois accusé Eric Siotti. “Chez nos politiciens, il y a toujours eu une tentation de l’extrême droite, mais tous ceux qui ont eu cette tentation ont été perdus.”

Si Eric Siotti remporte le Congrès, il déclare régulièrement qu’il ira directement à Emmanuel Macron, le président de la région Paca a souligné qu’il n’est « sans pilote pour personne ». Renault Muselier va-t-il désormais rejoindre le chef de l’Etat ? “Non, je ne pense pas,” répondit-il.

Edouard Philippe : “Je ne trouve pas de candidat présidentiel fait du même métal qu’Emmanuel Macron.”

LREM, le nouveau parti de Modem et d’Edouard Philippe, la majorité des « Maisons communes » qui doivent spécifiquement superviser Horizon, sera lancé lundi 29 novembre lors de l’événement à la Mutualité à Paris. Après des mois de négociations, Emmanuel Macron est désormais formellement uni derrière lui avec une majorité. Par conséquent, un seul est inconnu. C’est la date à laquelle il a participé à la campagne officielle.

Edouard Philippe soutient clairement Emmanuel Macron chez RTL en tout cas. “Je ne vois pas de candidat présidentiel fait du même métal que lui”, a déclaré mercredi matin l’ancien Premier ministre. Il a continué. « J’ai toujours pensé que j’avais sous-estimé la difficulté de Cheong Wa Dae. Je m’interroge car beaucoup de gens en parlent avec enthousiasme et désinvolture. C’est horriblement difficile d’être président. Et moi, ce qu’il a vu d’Emmanuel Macron, c’est que ce métal, que je crois il est fait, devrait être lui pour rester président. Le maire du Havre a salué les qualités du chef de l’Etat, sa “capacité à comprendre le monde tel qu’il est, avec audace”, qui lui paraît “très remarquable”.

Le fondateur du Parti Horizon, un parti qui “rassemble la plupart des gens des droits et de la culture centrale et des organisations politiques”, veut s’inscrire “sur le long terme”. “L’attitude des mesures d’urgence fait peur à une série de débats publics. Si vous ne faites que répondre à une urgence, vous n’irez nulle part”, a-t-il déclaré.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Edouard Philippe a une autre méthode. “Ça m’intéresse de dire ‘C’est ce qu’on veut en France, 2030, 2040, 2050’, puis on mesure et on déploie par sujet.”


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Rama Yade, vice-président du Parti radical (PR), 10 mars 2012.Sylvain Fall

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner