Résurrection de Covid : pourquoi le gouvernement est-il si prudent vis-à-vis du télétravail ?

Le seul but du cadre est d’éviter une augmentation du télétravail. La ministre du Travail Elizabeth Borne a appelé lundi les entreprises à “remobiliser” les gestes barrières, notamment le port de masques, et à éviter “plus fort” d’affronter la cinquième vague de rizière de Covid-19. Contraintes”. “Les entreprises doivent se mobiliser à nouveau pour respecter ce geste barrière et remettre le masque au rendez-vous quand dans un espace partagé… beaucoup quand il s’avère que l’épidémie a repris. C’est important.”, a déclaré le Ministre lors d’une visite au siège de L’Oréal à Clichy (Eau de Seine). Interrogée sur la possibilité de resserrer les règles sur le travail à domicile si les choses empirent, Elizabeth Borne a déclaré qu’il était impossible “d’exclure les réponses futures en principe”.

Pour le gouvernement, la généralisation du télétravail en santé tendue est un scénario à éviter. Contrairement aux recommandations du Conseil Scientifique. Dans un avis remis aux cadres le 20 novembre et rendu public lundi, les experts recommandent d’étendre le télétravail pour enrayer l’épidémie. Il y a quelques jours, leur président, Jean-François del Freysey, estimait qu’il serait souhaitable de multiplier le travail à distance pour l’Inter française face à la cinquième vague. Le nombre de pollutions quotidiennes culmine à environ 20 000, mais il y a quelques obstacles dans la partie haute de l’état des volets télétravail. Ruede Ségur, mais le ton n’est pas si généreux.donc Entrevue dans un journal 20 minutes Mardi dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran a expliqué que le télétravail était un outil “utilisé en cas de besoin” et “fait partie d’un moyen de mobilisation”.

Tout d’abord, la culture du présentéisme est encore très présente en France. Par exemple, cela peut arriver si un employé passe plus de temps au bureau qu’il n’en a besoin pour travailler. En particulier, le gouvernement craint que le travail à distance n’intensifie l’isolement des travailleurs voire la perte de relations. Selon une enquête sur la santé mentale des salariés français réalisée par Opinion Way sur Empreinte Humaine fin octobre, le début et la fin du télétravail forcé étaient en faveur des managers avec une réduction de 14 points de la détresse psychologique. Vers le printemps, nous sommes désormais au même rythme que les salariés non-cadres (38%, -1 point). “La charge que mon patron m’imposait en tant que manager était clairement décorrélée de ce qui était possible durant cette période”, résume l’un de L’Express, évoquant sa période de télétravail.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

21% des salariés travaillent à domicile au moins une journée en septembre

De plus, le télétravail peut révolutionner la vie personnelle en favorisant un mélange de vie personnelle et professionnelle.selon journal du dimancheLa ministre du Travail craint ses effets « destructeurs » et « les fractures qui peuvent apparaître entre ceux qui en bénéficient et les autres ». Le 1er septembre, les cadres ont décidé de lever leur obligation de travailler à domicile pendant un certain nombre de jours par semaine. Le Protocole prévoit désormais que « les employeurs mettent en place un moyen de s’appuyer sur le télétravail dans le cadre du dialogue social communautaire ». Et cette structure organisationnelle hybride est de moins en moins liée aux Français. Selon les dernières données de la Dares, 21 % des salariés travaillent à domicile au moins une journée en septembre.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Seuls 8 % des salariés concernés par le télétravail (soit 2 % de l’ensemble des salariés) font du télétravail quotidiennement. Actuellement, seuls 10 % des salariés sont chargés d’au moins une journée de télétravail par semaine (depuis 19 % fin août). Ailleurs en Europe, le télétravail semble l’avoir trouvé mieux, et les autorités n’hésitent pas à l’utiliser comme dispositif anti-Covid-19. En Belgique, le télétravail est obligatoire quatre jours par semaine pendant au moins trois semaines, et le Congrès doit discuter des obligations de vaccination des soignants qui s’appliquent à partir du 1er janvier prochain. L’Allemagne a décidé de faire un retour majeur au télétravail autant que possible. Idem que l’Irlande, qui connaît elle aussi la résurrection du Covid-19.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton