Seine-Saint-Denis : Une femme mortellement poignardée par un compagnon

Le parquet a confirmé une information du Point et a indiqué à l’AFP que la victime était rentrée chez elle lorsqu’il a rencontré un homme qui l’avait poignardée à plusieurs reprises vers 19h45.

Le parquet de Bobigny a indiqué dans un communiqué que des policiers avaient tenté un massage cardiaque avant l’arrivée des pompiers qui ont déclaré être décédés à 20h37. “”Un couteau qui aurait été utilisé dans un crime a été retrouvé dans un buisson voisin“, selon la même source.

L’agresseur de 51 ans a été condamné à un an de prison le 25 juillet. Cela comprend une peine d’emprisonnement de six mois pour violences et intimidations commises contre un partenaire le 7 juin.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Depuis juillet, cette femme a un téléphone en grave danger. Mais vendredi, l’appareil a été découvert à son domicile.

Cet appareil portable a “Raccourci“Pré-programmé pour permettre aux victimes gravement menacées de participer à un service d’assistance à distance 24h/24. Ce dernier est chargé de demander rapidement l’intervention de la police via un canal dédié. Je l’ai.

La victime a mis son téléphone en grave danger le 5 octobre, alors que l’homme était en bas chez lui. “”La police a déclaré qu’il n’avait pas été en contact avec elle et qu’il avait quitté les lieux.“Avant l’arrivée de la police, a déclaré le parquet.

Une partie de la grâce de 50 ans a été révoquée et il était de retour en prison. Il a finalement été libéré le 17 novembre.

Les deux filles du couple, âgées de 5 et 14 ans, ne se sont pas rendues sur les lieux et ont été prises en charge par le protocole pesticides mis en place en Seine-Saint-Denis. Ce protocole prévoit d’abord quelques jours d’accompagnement psychologique à l’hôpital puis leur placement.

Selon le parquet de Bobigny, le criminel s’est rendu au commissariat la nuit même et a été interpellé.

Selon un récent rapport du ministère de l’Intérieur, 146 femmes ont été victimes de pesticides. C’est-à-dire qu’ils ont été tués par leur conjoint ou ex-conjoint en 2019 et 102 personnes sont décédées en 2020.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Mi-novembre, Facebook signalait une compagne ou un ex-groupe côté féminin.100e et 101e« Son rapport est un pesticide 2021 en France.


avis

Chronique

Pierre Assouline, journaliste, écrivain, membre de l'Académie Goncourt, et chroniqueur de L'Express.Pierre Athrine

Chronique

Rapide! Rapide! Il faut blâmer, justifier, exiger encore une autre loi, imposer au nom du bien et critiquer Abnus Charmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo