Selon l’Insee, l’inflation en 2021 était de 1,6 %, la plus forte hausse depuis 2018.

Les achats seront plus lourds à la caisse et votre portefeuille sera beaucoup plus léger à la fin du mois. L’inflation en France culminera à un taux annuel moyen de 1,6% sur l’ensemble de 2021, selon les chiffres publiés par l’INSEE ce vendredi.

Cette hausse des prix est la plus élevée depuis 2018. Cela reflète principalement la hausse des prix de l’énergie après la reprise économique et la hausse des prix des produits manufacturés au cours des derniers mois.

Les prix à la consommation, calculés par rapport à l’année précédente, ont augmenté de 0,5 % en 2020. Ce fut l’année de l’épidémie de Covid-19, en hausse de 1,1% en 2019 et de 1,8% en 2018. statistiques.

2,8 % en décembre

Avec l’avènement des vaccins, l’État a redémarré les machines productives. Presque tous ont besoin à la fois d’électricité et de matières premières, ce qui fait grimper les prix. En plus de cela, il y a eu des troubles aux frontières et des pénuries de main-d’œuvre dans certains secteurs.

La situation, qualifiée de passagère par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, peut durer des années. Les prix à la consommation ont augmenté de 2,8 % en décembre, soutenant cette tendance plutôt que de baisser jusqu’à présent.

Le gouvernement a annoncé un certain nombre de mesures ponctuelles, notamment la limitation de la hausse des prix de l’électricité à 4 % pour imiter l’impact sur le pouvoir d’achat. La grande distribution s’y est livrée à une maîtrise unique des gestes commerciaux.

La dernière baguette à 29 cents de chez Leclerc. Alors qu’il s’agit d’un moyen d’attirer les clients qui ont tourmenté les boulangeries traditionnelles, les prix du pain et des céréales ont augmenté de 1,7 % au même rythme que les prix de la viande, notamment en raison de la hausse des prix des pâtes.