Tout comprendre sur les tensions des Îles Salomon au cœur de la compétition entre la Chine et Taïwan

Les îles Salomon sont dans un état de tension. Cet état d’Océanie, A cheval sur deux archipelsEst une monarchie fédérale indépendante du Royaume-Uni depuis 1978. Le gouvernement du Premier ministre Manasseh Sogavale subit des pressions pour qu’il démissionne suite aux problèmes diplomatiques entre la Chine et Taïwan, qui ont provoqué une émeute hier.

  • Fait : Incendie et protestation

Ce jeudi 25 novembre, plusieurs bâtiments ont été incendiés à Honiara, la capitale du pays. Des milliers de manifestants ont défilé dans le quartier chinois de la ville. Ils ont exigé la démission du Premier ministre, ont défilé malgré le couvre-feu et ont été présentés la veille des émeutes.

“Plusieurs lignes bougent, c’est très tendu”, a déclaré à l’AFP un habitant d’Honiara qui n’a pas souhaité être identifié alors que les médias locaux rapportaient les pillages et l’utilisation de gaz lacrymogènes par la police. Le témoin a déclaré avoir vu la police installer des obstacles. Il n’y avait aucun signe de calme du côté de l’émeute, plus de 24 heures après le début des troubles devant le Congrès.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Déjà mercredi, des centaines de personnes ont indiqué qu’elles exigeraient la démission de Manasesogabare. Les manifestants ont incendié le poste de police et pillé l’entreprise jusqu’à ce que la police intervienne avec des gaz lacrymogènes.

Le Premier ministre Scott Morrison a annoncé jeudi que l’Australie, un grand voisin de Salomon, distant de 1 500 kilomètres, déploierait des forces de maintien de la paix. “Notre objectif est d’assurer la stabilité et la sécurité”, a-t-il affirmé avoir reçu une demande d’aide du Premier ministre. La première délégation de 100 militaires et policiers est prévue ce jeudi soir.

Pékin a exprimé sa “grande préoccupation” pour ses intérêts à Salomon. Le porte-parole diplomatique de Pékin, Zhao Lijian, a déclaré aux journalistes : « J’exhorte le gouvernement des Îles Salomon à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des citoyens chinois et des entreprises chinoises.

Le Premier ministre Salomon Manasseh Sogavale, qui a déploré mercredi “un événement triste et malheureux visant à renverser un gouvernement démocratiquement élu”, lui a assuré qu’il resterait au pouvoir. Le chef de l’opposition, Matthew Wale, a exhorté Manasseh Sogavale à démissionner, veillant à ce que les troubles ne se terminent pas par un couvre-feu policier. “Malheureusement, la frustration et la colère des gens envers le Premier ministre sont incontrôlables alors que les opportunistes profitent de la situation”, a-t-il déclaré dans un communiqué de l’AFP.

  • Raison importante : compétition diplomatique

Les Îles Salomon sont impliquées dans une lutte diplomatique entre la Chine continentale et Taïwan. Les Îles Salomon entretiennent des relations diplomatiques avec Taipei depuis leur indépendance en 1983. En 2019, le gouvernement a décidé de rompre ce lien et de reconnaître les forces communistes de Pékin comme un représentant légitime de la Chine.

Le géant asiatique, qui considère Taïwan comme l’un de ses États, même s’il ne contrôle pas une île de 23 millions d’habitants, est un préalable à l’établissement de relations diplomatiques avec d’autres pays. Plus tard, la décision du gouvernement des Îles Salomon a suscité le ressentiment d’une partie de la population qui entretenait des liens étroits avec Taipei.

Cette stratégie diplomatique a un impact direct sur les affaires intérieures de l’archipel. Malaita, l’un des neuf États qui forment les îles Salomon avec une population proche de Taïwan, envisage actuellement un référendum pour son indépendance. On soupçonne que les habitants de Malaita ont également participé à l’émeute. Et le leader de Malaita, Daniel Suidani, a accusé le Premier ministre d’être un homme à Pékin, affirmant qu’il “priait les intérêts étrangers en priorité sur les habitants des îles Salomon”.

  • Contexte : Présence croissante en Chine

Les Îles Salomon sont tombées dans la violence ethnique au début des années 2000. De nouvelles tensions ont conduit au déploiement de casques bleus dirigés par l’Australie entre 2003 et 2013. Lors des élections législatives de 2006, une émeute a éclaté dans le quartier chinois d’Honiara. Ils ont suivi les rumeurs selon lesquelles une entreprise proche de Pékin avait voté frauduleusement.

Selon la BBC en 2006La communauté chinoise des Îles Salomon représentait des milliers d’habitants sur 500 000. Cependant, ce sont des familles déjà bien établies, et certaines vivent aux Îles Salomon depuis plusieurs générations. Mais dans les années 2000, l’arrivée de nouveaux immigrants chinois aux Îles Salomon pour faire des affaires a créé des tensions. Et tant la Chine que Taïwan ont été accusés de promouvoir cette corruption afin de convaincre certains responsables de servir leurs intérêts diplomatiques.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Les émeutes de 2006 ont entraîné la démission rapide du Premier ministre nouvellement élu Snyder Rini, accusé d’être influencé par des hommes d’affaires chinois. Manasesogabare lui succède alors et est poussé à la sortie par un vote parlementaire de 2007. Sogavale revient ensuite au pouvoir de 2014 à 2017 et en avril 2019. Son élection a été controversée et controversée.


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Journal libéral

Neuilly-sur-Seine, France, 18 novembre 2021, portrait de l'homme politique français Alain Madran. Il a servi trois ministres entre 1986 et 1995 et s'est présenté sous l'étiquette de démocratie libérale aux élections présidentielles de 2002.Alain Madelin

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow