Trains, vélos, métros, bus, voitures… ce que veulent les jeunes

Il s’agit de la première véritable génération multimodale. Il s’agit essentiellement de la découverte d’une étude Movin’On menée par Kantar portant sur les habitudes de mobilité entre 18 et 34 ans. Créer une liste de modes de transport courants en ciblant les jeunes urbains (étudiants ou actifs) des deux côtés de l’océan Atlantique (États-Unis, Canada, Europe). Que ce soit à Paris, Nantes, Madrid, Montréal, New York ou Seattle, les jeunes ne sont pas interdits et choisissent en ce moment la solution la plus simple et la moins chère. Marche, vélo, bus, métro, transports collectifs… tout est permis. Des études montrent que 56% de cette génération n’utilisent pas de voitures ou les utilisent très rarement, mais ce chiffre tombe à moins de 45% dans les générations précédentes.

C’est pourquoi Movin’On* s’intéresse tant à cette nouvelle génération d’aspirations. “Les jeunes ont un accès plus facile à une variété de modes de transport que les personnes âgées grâce à l’application. L’expert en mobilité de Kantar Guillaume Saint a dit qu’ils ont un côté très pratique et deux solutions. On voit aussi que ce n’est pas très idéal chez eux. Ils priorisent durabilité, mais surtout, rapport coût-efficacité-temps. »

Voiture, marqueur social

Par conséquent, cette étude révèle que les voitures sont rarement utilisées, mais loin de la diabolisation. 32 % des 18-34 ans jugent important de conduire régulièrement. Deux pays où il existe une réelle différence entre l’Europe (16,3 %) et les États-Unis ou le Canada (38,4 %), le réseau de transports en commun est beaucoup moins dense que chez nous, et le rapport à la distance est différent. Ainsi, si la voiture conserve son image statutaire et son autonomie, son utilisation est bien moins systématique que sa devancière. C’est évidemment une question de budget, et les jeunes n’ont toujours pas les moyens de s’acheter une voiture. Mais ce n’est pas la seule raison.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

« La multimodalité des jeunes (utilisation de plusieurs modes de transports différents entre deux lieux, ndlr) n’en souffre que partiellement. Ils ne rejettent pas la voiture, mais son usage irrationnel Désignent le Saint Guillaume. Il reste un symbole de liberté, mais ils le reconnaissent. . Ils ont besoin d’une voiture verte. Leur désir de voitures électriques est bien plus grand que les autres générations, en particulier leur obsession de la propriété. Vous n’êtes pas obligé. Vous pouvez acheter ou louer ce que vous voulez, quand vous voulez. Vous pouvez l’utiliser quand vous voulez. vous en avez besoin. “”

Cette agilité des mobilités est plus grande que jamais et devrait s’inscrire dans la durée et bouleverser l’organisation des réseaux urbains d’aujourd’hui. « Le problème de la connectivité entre les différents modes de transport est fondamental. Pierre Olivier des Mars, directeur mondial des chemins de fer et du transit chez Accenture, la plaque tournante de la gare du Nord, n’a plus besoin d’y penser. C’est aussi un problème non seulement pour adapter les stations et les stations, mais aussi pour créer des applications pour organiser des réunions hors des murs de manière plus flexible. »

Mode de transport complémentaire

Les arrêts de bus fixes oubliés, les géopositions et la vidéosurveillance vous permettent de créer des modèles prédictifs anonymes et intelligents. « Si vous souhaitez utiliser les transports en commun, vous pouvez proposer de parcourir encore 50 mètres jusqu’à l’intersection où passe le bus, et vous pouvez accueillir plusieurs usagers au même endroit en même temps », imagine Pierre. Olivier Desmer.

« Pendant des années, le monde des transports n’a pas pleinement pris en compte les externalités négatives de la pollution, des gaz à effet de serre, du bruit, etc., reconnaît Eric Grab, en charge de la prospective et de la planification stratégique. Michelin Innovation. Il faut maintenant identifier les blocages. Un point qui, dans l’intérêt de tous, entrave le développement d’une mobilité véritablement durable et agit comme un écosystème pour trouver des solutions de transport. Les changements importants nécessaires ne se feront pas sans l’implication des villes et des institutions publiques, mais il y a aussi l’implication des grandes entreprises qui peuvent apporter des changements fondamentaux.

Restez flexible pour le plaisir et la commodité

Il n’y a plus d’opposition entre les différents modes de transport ! Tout d’abord, la flexibilité et le respect de l’environnement. La deuxième partie de l’étude Movin’On, menée en pleine pandémie à l’automne 2020, pointe plus précisément les aspirations écologiques des 18-34 ans. Mais si cette génération veut changer les choses, elle refuse d’abandonner le concept de joie. Elle déclare son soutien à la vie quotidienne dans un rayon de 15 minutes de son domicile et aspire en même temps à découvrir le monde.

D’autre part, en raison de captivités diverses et de couvre-feu, les enfants de 18 à 34 ans s’interrogent sur la nécessité de chaque déplacement. La vie de quartier a repris grâce à leurs yeux. Non seulement à cause du choix des mobilités douces (marche, vélo, scoutisme, etc.), mais aussi parce que c’est un moyen de soutenir l’économie locale.

Mais en même temps, ils planifient un voyage… oui, moins souvent, mais plus longtemps. Au lieu de prendre des vacances express en train ou en avion, l’évolution de la réflexion sur le télétravail permet à cette nouvelle génération de bénéficier simultanément des 15 jours de repos à l’étranger associés à deux semaines de télétravail. Cette mobilité hybride se fera sentir en Europe comme en Amérique du Nord, permettant des combinaisons intelligentes de travail et de loisirs, de mobilité individuelle et collective. Tout est dans le bon équilibre.

_______________________

*Movin’On 16 tonnesUne organisation indépendante à but non lucratif est un écosystème mondial visant à promouvoir la mobilité durable. Pour y parvenir, nous nous appuyons sur des innovations communes issues de réflexions et d’initiatives menées conjointement par les pouvoirs publics, les entreprises (Michelin, Accenture, CGI, Microsoft, etc.) et les représentants de la société civile.

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

_______________________


avis

Tribune

"Dans l'espace physique, nous n'avons d'autre choix que de nous rencontrer et de nous côtoyer.", enchante l'architecte et ingénieur Carlo Ratti.Par Carlo Latti *

Chronique

Antoine Bueno, futuristeAntoine Bueno *

Chronique

Jean-Laurent CasselyJean-Laurent Cassely