“Une balle dans la tête” : Lagarde s’excuse après avoir commenté Zemmour


« NSeculpa. » Jean-Christophe Lagarde a suscité la polémique après avoir tenu un propos violent à l’encontre d’Eric Zemmour dans l’information française diffusée dimanche 21 novembre. Il déclara : La réaction d’indignation a rapidement plu sur les réseaux sociaux, et le président de l’UDI s’est excusé d’avoir apaisé la fronde.

“Je regrette mon expression totalement inappropriée à propos de Pasqua et Zemmour ce matin”, a-t-il écrit sur Twitter, puis a tenté d’expliquer à nouveau ses propos. “Je voulais dire qu’à cette époque, un tel faux aurait été la réaction la plus dévastatrice.”

Les excuses sont venues bientôt, mais les dommages ont déjà eu lieu. Face à la violence des propos utilisés, France Info a également décidé de retirer la séquence des réseaux sociaux et de ne pas la rediffuser pendant la diffusion.

De nombreux politiques ont également réagi au départ de Jean-Christophe Lagarde. Eric Chiotti a fait exploser des “mots horribles” et a appelé à des “sanctions exemplaires”. Gilbert Corrado a accusé le président de l’UDI de « tirer sur la démocratie ». Nicolas Dupont-Aignan s’est demandé s’il pouvait « offrir le français comme programme plutôt qu’un excès verbal ».

Eric Zemmour ne devrait pas porter plainte

Selon Eric Zemmour, qui ne va pas porter plainte BFM TVAprès avoir attendu quelques heures, j’ai répondu par un communiqué de presse amer. Dans sa “Lettre à Jean Christine Lagarde”, les polémiques soulignent la “duplication”, la “lâcheté” et le “cynisme” des ennemis qu’il attaque pour la pensée politique. Il l’accuse de “coopérer à l’islamisation de (sa) ville (Drancy)” et dit sympathiser “terriblement” avec ses concitoyens.

Eric Zemmour montre aussi clairement qu’il rejette le “mea culpadejunk” de Jean Christine Lagarde. “”


L’équipe éditoriale vous conseillera