Une colère « brûlante » chez les licenciés des Fonderies du Poitou

“”J’ai travaillé dans cette usine pendant 21 ans. J’ai toujours voté depuis que j’ai 18 ans.Mais maintenant c’est fini“Il a dit après avoir regardé le film.”Ministère« Elle sera en avant-première à Châtellerault (Vienne) et sera diffusée sur la chaîne du Sénat le 11 décembre.

La réalisatrice Hélène Desplanques succèdera à la secrétaire d’État puis ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher en 2020 et 2021.

Des réunions à Bercy aux visites d’usines, je vois le ministre brouiller les dossiers. Il s’agit de presque tous les plans de licenciement sauf le vaccin anti-covid.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

A son arrivée, dit-elle,Ministère de la solution“La déception totale, c’est Bosch, qui a coupé 4.600 chez Renault, 1.700 chez Sanofi, fermé Bridgestone à Betoon, et réduit 750 dans l’usine de Rodes.

Et la fin des fontes des Fonderies du Poitou lâchées par leur seul client, Renault : la coulée finale du métal brillant referme le film.

Dans ce film, vous pouvez entendre Mme Pannier-Runaecher dire :Nous travaillons sur le thème de la fonderie depuis 9 mois mais aucun résultat depuis 9 mois». Cette impuissance, couplée à l’empathie qu’elle essaie de montrer à la licenciée, fait réagir la salle.

Vers l’écran, l’ouvrier déplore : “Dans le discours on nous dit qu’on est à tes côtés + mais ce n’est que les médias“.”Seule leur image s’inquiète pour eux“Ajouter son collègue.”Après tout, le vent est fort.n’a aucun effet” Tranche Alain Delaveau, ancien délégué syndical CGT de l’usine fermée.

-“”Seulement des mots“-

“”Leur travail consiste à faire avaler des pilules aux employés pour empêcher une révolution. L’État investit-il dans les outils de travail ?Non, l’Etat investit dans le soutien à Paul Amplois», ajoute son homologue, Jean-Philippe Juin, de la Fonderie d’aluminium du Poitou. Son usine est toujours en activité et veut des repreneurs.

“”Le soutien n’est qu’un mot“L’ancien chef d’équipe de maintenance Christoph Burger a déclaré : Fondateur, sans salaire, qui a perdu plus de 30 ans d’ancienneté dans les procédures Internet.”1 mois et demi“, à partir de “Solde du compte“Le calcul reste inexpliqué…

“”Nous ne sommes plus assurés l’un pour l’autre.Et j’ai un enfant gravement malade“, Il est inquiet.”Travailler, demain si je veux, mais si je fais un sacrifice mensuel de 1 000 € sur mon salaire.Je suis comme toi, Rafael, c’est fini, je ne voterai plus jamais“.

“”On a exactement les mêmes difficultés à la maison, surtout entre nous !« Réagit à Nail Jarsin, MBF aluminium de San Claude (Jura), sidérurgiste CGT dans une autre fonderie qui a fermé cet été.En cinq mois, seuls 32 salariés sur 250 ont trouvé un CDI“.

Dans leur colère, les ouvriers ont dit : “3/4 de la cravate“A Renault, le Cabinet Roland Berger recommandant la fermeture de la fonderie de fonte.”Transférer les achats de pièces en investissant dans une fonderie turque“. Et il”L’état qui le provoque“.

Juin conclut :Je pense que c’était une erreur politique de ce gouvernement d’abandonner cette souveraineté industrielle en tant que fonderie.“.

Dans une question de l’AFP, le secrétariat de la ministre a déclaré avoir ditJ’ai ouvert la porte du ministère et joué la carte transparente“.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

“”Chaque dossier de restructuration est une tâche ardue, pas toujours couronnée de succès, et l’industrie automobile en souffre plus que toute autre.“J’ai commenté, je vais l’ajouter.”Le documentaire ignore les réussites comme Ascoval et fait peu mention des plans de relance.“.


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"La croissance n'est pas offensante pour ses détracteurs, mais un baromètre de la vitalité et de l'humeur nationales."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

Un regard sur l'actualité de l'écrivain Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"Un nuage de colère sociale se construit à l'horizon. Nous devons donc agir à la fois pour la France pauvre exclue du travail et pour les travailleurs pauvres qui sont désormais inquiets et étranglés."Alain Madelin