Variante Omicron du Japon : les frontières fermées aux visiteurs étrangers


N.-É.Le Japon, l’as de la variante Omicron du Covid-19, fermera ses frontières à tous les visiteurs étrangers. Lundi 29 novembre, le gouvernement japonais a annoncé une décision à prendre trois semaines après avoir assoupli certaines restrictions sur l’admission des voyageurs d’affaires, des étudiants et des stages à l’étranger.

Le Premier ministre Fumio Kishida a déclaré aux journalistes : « À partir du 30 novembre, tous les étrangers (nouveaux) du monde entier seront interdits d’entrée dans le pays. Les Japonais revenant de neuf États et pays d’Afrique australe qui ont été identifiés comme infectés par la nouvelle sous-espèce doivent se soumettre à des mesures de quarantaine strictes basées sur les risques.

Lire à nouveauCovid-19 : Pourquoi vous inquiétez-vous de la nouvelle variante Omicron ?

Variantes d’Omicron considérées comme « concernées »

Vendredi, le gouvernement japonais a annoncé une prolongation de 10 jours de la quarantaine à l’hôtel pour que les visiteurs d’Afrique du Sud, du Botswana, d’Eswatini, du Lesoto, de Namibie et du Zimbabwe atteignent le sol. Tokyo a prolongé cette mesure ce week-end pour les visiteurs en provenance du Malawi, du Mozambique et de la Zambie.

La première sous-espèce identifiée d’Omicron en Afrique du Sud a exhorté de nombreux pays à fermer leurs frontières avec l’Afrique australe alors qu’elles étaient rarement rouvertes au monde. Au-delà de l’Afrique australe, des contaminations par cette nouvelle souche ont été détectées dans tous les pays du G7, du Canada à l’Italie, en passant par le Royaume-Uni et l’Allemagne. L’émergence des variantes d’Omicron a été considérée comme un « souci » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mais elle est nécessaire pour maintenir les frontières ouvertes.