« Vérifiez tous les problèmes » : la France dépense-t-elle beaucoup d’argent ?

La voix est blanche et les traits sont dessinés. Deux ans après « coûte que coûte », il laisse des traces sur le ministre en charge des Finances publiques. Olivier Dusopt ne baisse jamais les bras dans son vaste bureau surplombant la Seine depuis la Citadelle de Bercy. A l’aide de sa carte Bristol noircie, il accuse essentiellement le gouvernement de mauvaise gestion financière, à droite, à gauche critique de blâmer le cadeau fait aux riches alors qu’il était sur la toile.Le Sénat vient de refuser de voter pour l’exercice 2022. projet de loi, qui est considéré comme électoral et coûteux. Certaines semaines sont plus fatigantes que les autres.

« La vérité est que nous avons cassé tout ce qui a été fait depuis 20 ans entre 2017 et 2019. Nous avons effacé les hausses d’impôts de l’administration précédente, réduit le déficit budgétaire à moins de 3% du PIB, et sa croissance. nous a permis d’éviter l’effondrement économique de 2020 et 2021. Dans les parenthèses du Covid, nous sommes revenus à une hausse de 1,1% des dépenses en 2022. Ne va pas à l’encontre de l’objectif de réduction du déficit. A moyen terme. ” Bouger ensemble. Rien ne s’affiche.

Extension de domaine d’état

Il reste chiffonné. Exclure clairement l’arsenal “tous frais” lié au Covid entre 2017 et début 2022 signifierait que l’État dépenserait près de 65 milliards de plus que prévu au début de son quinquennat. .. Chiffres compilés par Jean-François Hasson, rapporteur du budget du Sénat.En effet, la crise des gilets jaunes est tout aussi bien passée. Santé Ségur, A voté avant la pandémie. Mais cet écart montre aussi qu’en s’appuyant sur des fonds publics, ne pouvant pas choisir, et en acceptant de multiples aspects (santé, éducation…)-le faire avec courage ! -Réduire d’autres choses. L’écrasante majorité des ministères verront leur budget augmenter au cours de leur mandat de cinq ans. « Des problèmes, la loi », inflation législative, disent ceux qui accusent cette maladie française. Cela peut aussi être appelé un “problème, contrôle”. Comme si chaque crise créait l’élargissement du domaine public. Le résultat est un banquier itinérant omnipotent avec des poches sans fond. Sauf pour le manque d’argent magique.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Limites du modèle social

Les chiffres sont connus. La France est un pays européen, avec le poids le plus élevé des dépenses publiques sur le produit intérieur brut en Europe, s’alignant avec le Danemark depuis quelques années. A niveaux de richesse comparables, nous dépensons près de 180 milliards de dollars de plus chaque année que nos voisins européens. Et cet écart s’est creusé au cours de la dernière décennie. Résultat notable : il s’agit également d’une pression fiscale sans précédent. Les fonds publics sont toujours et partout. Bien entendu, ces dépenses supplémentaires s’expliquent en partie par le choix de notre modèle social, notamment le choix de la retraite par répartition. En effet, notre modèle de redistribution est l’un des modèles les plus efficaces de la planète. « Pour les 20 % de ménages les plus pauvres, les outils de redistribution permettent d’améliorer le niveau de vie de 75 % par rapport au revenu initial », affirme Olivier Dussopt.

Et encore. “Malgré le poids des dépenses publiques, la France est l’un des plus grands pays dans lequel la reproduction des inégalités de naissance est la plus marquée, et surtout dans les écoles, l’origine sociale des élèves ne s’efface pas”, souligne l’économiste Antoine Gujar. Responsabilité de surveiller la France dans l’OCDE. Surtout, le sentiment que les services publics vont en enfer – l’une des principales critiques des Gilets jaunes – est répandu. C’est une école républicaine qui coule, Un hôpital au bord de l’implosion, Vieillissement des transports publics, justice burn-out… Malgré l’intention de 10 milliards d’euros annuels pour les salaires de la police nationale, il a augmenté de 21 % en 10 ans, mais le nombre de policiers sur le terrain a diminué de 37 % sur la même période. Selon une récente note de la Cour des comptes, le taux de classement des meurtres est tombé à 67,6 % en 2020, soit 5 points de moins qu’en 2015 (le taux de braquage a stagné à un peu plus de 10 %).

A quoi servent nos impôts ?

Alors, où va l’argent ? Pour répondre à cette question, L’Express a fait appel à François Ecare, l’un des économistes les plus sensibles à ces questions budgétaires. , Il connaît le secret du budget du fond du cœur. Nous lui avons demandé de nous dire à quoi servaient réellement nos taxes et surtaxes. Au cœur de la mission de la nation, en approfondissant spécifiquement les trois domaines les plus sensibles aujourd’hui : l’éducation, la santé et la sécurité des postes judiciaires.Son calcul exclusif est éclairé.. Sur les 1 000 € de retrait versés par les Français, il a été constaté que 574 € servaient à financer le système de protection sociale, dont 45 % étaient engloutis par la retraite. Le coût du système médical absorbe 197 euros (235 euros en Allemagne), mais en bout de chaîne, seuls 25 euros sont versés à l’aidant. Idem que ci-dessus pour l’éducation. Sur les 1 000 € de taxe, il consomme 95 €, mais 41 sont rarement utilisés pour payer les enseignants. Pour les missions de justice de sécurité, 30 € seront consacrés aux salaires des agents de police, des juges de paix et du personnel de l’administration pénitentiaire.

C’est un calcul aride, mais il y a beaucoup de leçons à tirer. Il y a place à amélioration si des choix sont faits pour augmenter le nombre d’infirmières et de médecins dans l’hôpital et pour augmenter de manière significative les paiements aux enseignants. Nous travaillerons alors à améliorer l’efficacité des dépenses publiques, à regagner des marges et à relocaliser les fonds publics. « La France est l’un des pays les plus riches avec le potentiel de croissance le plus élevé associé à la quête de réduction des dépenses publiques et d’amélioration de l’efficacité », confirme l’économiste de l’OCDE Antoine Gurjar.


Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

L’efficacité des dépenses, le vrai sujet

Mieux l’utiliser. C’est le sujet. “Les gens qui balancent leurs haches et promettent de faire table rase ne sont jamais dominés. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est d’augmenter l’efficacité”, souffle l’ancien ministre du Budget Eric Welt. Par le passé, certains s’y sont lancés avec la RGPP (Revue générale des politiques publiques) sous Nicolas Sarkozy ou la MAP (Modernisation des politiques publiques) sous François Hollande. Un acronyme enfumé qui a été écrasé par le poids du management et des habitudes. “Nous sommes tombés sur une grosse carte familiale. Les réformes nationales doivent passer par un examen général des dépenses, où des objectifs quantifiables qui transcendent le gouvernement seront assignés au fil du temps”, a déclaré Eric Welt. Des réformes qui doivent aussi passer par des choix clairs. “Quelle est la mission des services publics, qu’est-ce qui doit rester à l’intérieur de la nation, et qu’est-ce qui est d’intérêt général et peut être délégué au secteur privé”, a déclaré l’associé, la responsabilité du secteur de droit public. Reynard Briec, qui est un personne, ajoute. Chez EY. Une bonne feuille de route pour les candidats à la présidentielle.


avis

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton

Future conférence

En trois jours, intellectuels, décideurs publics et privés et ambassadeurs exploreront l'avenir de la jeunesse, de l'écologie, de l'énergie, des systèmes de santé, de l'Europe, de notre économie…Nicolas Buzo

Chronique

L'admission de Joséphine Baker au Panthéon parle beaucoup d'elle-même, de ce qu'elle était, de ce qu'elle a pu accomplir, et peut-être plus encore du pays où elle a décidé de vivre et de la bataille. C'est : la France, écrit notre chroniqueur Sylvain Fort (Photo Ludovic MARIN / AFP)Sylvain Fall

Chronique

"Le dilemme de la langue, ses changements dans la vie communautaire, ne permettent pas des solutions faciles"Jugez la philosophe Mary Lynn Rajsku.Marilyn Maeso