Vin : la criée des Hospices de Beaune s’envole

Faits saillants de la vente aux enchères, “Pièce de charité“, où “pièce de monnaie du président« Une barrique de Corton Renardes Grand Cru coûte 800 000 € (hors frais) contre 660 000 € l’an dernier.

“”C’est un vrai nombre !c’est historique», a lancé avec Jeanne Baliber le comédien Pio Marmaï, qui a animé cette vente comme un professionnel de la publicité.

Le bénéfice de cette année est “Solidarité féminine», Victimes de violences conjugales et un réseau associatif dédié à l’Institut Curie de recherche sur le cancer du sein.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Les premiers calculs des experts montrent que les transactions ont explosé depuis le début de la vente caritative la plus ancienne et la plus célèbre au monde, dépassant parfois les 80 %.

Rendements réduits de moitié en raison des fluctuations météorologiques, seulement 349 poucespièce« Sur les primeurs de Bourgogne rouge et blanc, 288 barriques, soit 228 litres de barriques, ont été proposées aux acheteurs, contre 630 l’an dernier.

“”Ce millésime 2021 reflète une année caractérisée par un environnement hostile et est fier d’avoir surmonté les défis au final.« A l’ouverture de la vente aux enchères, nous avons déclaré François Poher, directeur des Hospices Civils de Beaune.

Au domaine des Hospices de Beaune, qui couvre 60 hectares des meilleurs vins de Bourgogne (Pommard, Volnay, Meursault, Chassagne-Montrachet, Colton, Pouilly-Fusse, Magis Chambertin…), les rendements sont en baisse.A 14 hl/ha par rapport à la normale 30-35», selon la gérante Rudivine Gribo.

“”Le prix monte« Le propriétaire du restaurant suisse Hans Berchtold, qui a commencé à déguster du vin dans la cave de l’hospice où sont stockés les barils, a prédit.

Cette année, l’expert de Bâle (Suisse) a renoncé à soumissionner seul, comme il le fait depuis huit ans. Il est passé par le courtier et a dit : “Quelques amis“Idéalement, pouvoir se procurer l’un des lots”Volnay ou Pommard“.

Les prix Prima en 2021 se sont envolés à partir du traditionnel Beaune Premier Cru, la Cuvée de Dams Hospitalière, du nom des religieuses qui ont soigné les malades depuis la fondation de l’hospice en 1443 au cœur de la Bourgogne. ..

En raison de la crise des vocations, il ne reste aujourd’hui que quatre sœurs.Les deux plus vieux ont 100 ans et les deux autres ont 90 et 75 ans« Pour faire plaisir aux touristes qui aiment les selfies, explique Chantal Leroux, une bénévole de 72 ans qui arpente les rues de Beaune en tenue religieuse.

-“”Vente mémorable “-

Les équipements hospitaliers et l’entretien patrimonial de l’établissement, fondé au XVe siècle, sont financés par les bénéfices d’une vente aux enchères annuelle.

“”La vente de cette année est impressionnante“L’un des commissaires-priseurs devant la salle d’environ 500 acheteurs, complété avec enthousiasme par un client distant représenté par un courtier.

Cette année, Sotheby’s, une maison américaine qui a repris une vente aux enchères organisée par le concurrent britannique Christie’s en 2005, a refusé d’identifier le nombre d’enchérisseurs inscrits.

Les 630 pièces vendues aux enchères en 2020 présentaient des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, pour un coût de 13,4 millions d’euros (gratuit), soit une moyenne d’environ 20 200 € le baril. Il y a quinze ans, les prix continuaient d’augmenter, avec un prix moyen de 4 803 €.

Ces enchères sont considérées par les experts comme un indicateur de prix pour les vins de Bourgogne, même si leurs ventes sont généralement supérieures aux prix normaux pour leurs buts caritatifs.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Les exportations de vins de Bourgogne sont en constante augmentation, perdant environ la moitié du rendement cette année après des épisodes chauds, des gelées printanières et un été très pluvieux. Le millésime 2021 devrait être de 900 000 à 950 000 hectolitres, selon le BIVB en 2020.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton