Violences en Guadeloupe : Atal accuse la minorité de “tenir toute l’île en otage”

Guadloop était bouleversé pendant plusieurs jours par la crise provoquée par la vaccination forcée du personnel soignant, mais le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré mercredi qu’il allait “prendre des otages à travers l’île” et “une minorité résistante”. Un couvre-feu a été décrété à partir de vendredi soir et prolongé jusqu’au samedi 27 novembre.

A l’issue du Conseil des ministres, Gabriel Attal a fait valoir que “la santé publique ne peut pas être instrumentalisée à des fins politiques”, et le gouvernement “a créé les conditions de dialogue avec l’annonce du Premier ministre lundi soir”.

Pour calmer la situation aux Antilles, Jean Castex est un “Forum de dialogue” pour “persuader et accompagner personnellement, humainement” les experts sur les obligations vaccinales.

Un porte-parole a rappelé que le gouvernement avait également décidé samedi d’envoyer des “garanties supplémentaires” (GIGN et une cinquantaine d’agents de l’assaut) pour faire face au blocus et aux pillages. Il a déclaré que le président Emmanuel Macron « est intervenu dans l’ouverture du Conseil des ministres » et « rappelle que notre objectif est de protéger les Guadeloupes, comme nous le faisons depuis le premier jour de la crise. S’il vous plaît.

Le ministre des Affaires étrangères visite l’île

“Nous devons continuer à protéger les Guadeloupéens, y compris contre toutes les formes d’inconduite pouvant être constatées”, a réitéré Gabriel Attal. “Nous allons poursuivre cette mobilisation”, a-t-il insisté devant les médias, et les ministres des Affaires étrangères Sébastien Le Corne lui ont assuré de se rendre sur l’île “dès que les conditions seraient réunies”, mais dans la colère. Il y a aussi la Martinique

Si les obligations de vaccination des soignants déclenchent des manifestations, d’autres syndicats et groupes civiques appellent à des grèves générales pour augmenter les salaires et les minima sociaux et baisser les prix du carburant et de l’essence. Je n’étais pas convaincu de créer un forum de dialogue.

vidéo. Tension guadeloupéenne : « Nous vivons dans la peur et le stress persistant »

En Guadeloupe, le taux de chômage de l’Organisation internationale du travail (OIT) atteint en moyenne 17 % de la population active de plus de 15 ans en 2020, soit plus du double de celui de la France métropolitaine (8 %). A l’INSEE. Un jeune travailleur sur trois est au chômage. Le taux de chômage des 15-29 ans est de 35%. Autre indicateur des difficultés rencontrées par les riverains : les coupures d’eau dues au vieillissement des réseaux sont fréquentes depuis de nombreuses années.

“Bien sûr, nous continuons à nous mobiliser. Nous n’attendions pas grand-chose du gouvernement Castex et Macron, donc nous n’avons pas été déçus. Ils font preuve d’un mépris important. Ils sont à l’écoute des autorités. C’est-à-dire, nous considèrent-ils comme des analphabètes ?”, Il s’indigne.